Chapitre 16 : C'est qui, ce visiteur nocturne ?

- Tu me jures que tu ne t'ai pas drogué ?
- Je te le jure.
- Alors ça va.
- Tu veux que je te raccompagne jusqu'à chez toi ?
- Non ça ira merci. J'habite juste au bout de la rue. Bonne nuit Natsu.
- Bonne nuit, Luce.
Je déposai un petit bisou sur sa joue et lui fit un câlin avant de le saluer et de marcher vers chez moi. J'entendis Natsu tourner les talons et s'éloigner à son tour.
Chapitre 16 : C'est qui, ce visiteur nocturne ?

 
 
Je me trouvais devant mon portail. Tout ce dont j'avais envie, c'était de courir chez Natsu ou Grey. Mais c'était trop tard. Je tendis mon doigt et appuyai sur la sonnette. Virgo décrocha.

- Allo ?

- Virgo ? C'est moi, Lucy !

- Hime ! Je suis si contente de vous entendre ! Je vois ouvre immédiatement. Capri, allez l'accueillir.

Le portail émit un "bzz" et je le poussai pour entrer dans la demeure censée m'être familiale. Depuis qu'IL l'avait tué, la maison avait perdu tout son intérêt. Je secouai la tête et prit un air ravit quand Capri m'accueillit.

- Bonsoir, mademoiselle.

- Bonsoir Capri. Ta journée c'est bien passée ?

- Oui, merci. Et la votre ?

- On ne peut mieux.

- Je suis ravie de vous entendre dire ça. Vous sembliez tellement malheureuse, ces derniers temps.

- Pas plus que ça.

On entra dans la maison et Virgo me salua, heureuse.

- Hime ! Je me suis tellement inquiétée de ne pas vous voir rentrer ces trois dernier jours !

- Ne t'inquiète pas, Virgo. Je me suis fait un ami et nous passons beaucoup de temps ensemble.

- Ravie pour vous. Vous devez être fatiguée. Je vais vous mettre un ventilateur dans la chambre, il fait très chaud.

- Merci. Tu aurais quelque chose à me proposer pour manger ? Je meurs de faim.
- Évidemment. Capri, allez prévenir le cuisinier, je vous prie.

Capri s'exécuta et disparu parmi l'une des grandes portes de la maison.

- Je vais vous préparer le bain.

- Pas besoin. Je me suis douchée chez Grey.

- D'accord. Je vous laisse, Hime. J'ai à faire.

- Oui. À tout à l'heure, Virgo.

- À toute à tout l'heure, Hime.

Elle s'éclipsa et je retirai mes chaussures et montai dans ma chambre. Virgo venait d'installer le ventilateur que je mis en marche. Je respirai un grand coup, mes cheveux flottant dans l'air produit par l'appareil. Je m'affalai sur mon lit, et fermai les yeux. Je m'ennuyais. Quand Capri toqua à la porte pour me prévenir que le repas était prêt, je descendis et me régalai du rôti de porc accompagné d'une ratatouille. Je pris un fruit et me levai de table, déposant mes couverts et mon assiette dans la cuisine.

- Mademoiselle, je vous ai déjà dit de vous épargner cette peine, me gronda gentiment le cuisinier.

- Je ne peux pas vous laisser tout faire. Vous êtes quand même des humains et pas nos esclaves.

- Oui mais nous sommes payés pour ça.

- Je sais.

Je saluai le cuisinier en le remerciant du plat délicieux qu'il avait cuisiné. Je remontai dans ma chambre, retirai mes habits que je jetai dans un coin de la pièce et enfilai mon pyjama qui se résumait à un short moulant noir et un T-shirt large. Je mis le ventilateur en marche et m'allongeai dans mon lit sous la couette. J'avais trop chaud, et je mis la couette seulement sur les jambes, un pied à l'extérieur. Je me retournai et me retrouvai sur le ventre. Je m'endormis au bout d'une dizaine de minutes. Dans mon sommeil, je sentis mon matelas bouger, puis quelque chose de chaud se poser à côté de moi. La chaleur se propagea en deux bras autour de ma taille pour me tirer vers la surface chaude. Je bougeai dans mon sommeil et quelqu'un me caressa la tête en chuchotant mon prénom. Je me blottis contre le corps chaud, face à face avec celui-ci. Je le sentis s'abaisser et mon bras se retrouva sur ce qui semblait être un torse d'homme. Mon poignet remonta un peu et glissa sous un tissu rugueux, comme la peau d'un serpent. J'enfonçai la tête dans le creux du cou et de l'épaule. Un bras me caressa le dos et remonta le long de ma colonne pour finir par caresser ma joue. Je secouai la tête et un petit rire se fit entendre. Je m'écartai et aussitôt, le bras de chaleur resserra son emprise.

- Lucy...

Une voix d'homme. Une voix que je connaissais. J'avais peur. Qui était-ce ? Pourquoi était il la ? Que voulait il de moi ? Qu'attendait il de moi ? Je secouai la tête puis les bras et mes jambes. La personne s'écarta et je me calmai un peu. A nouveau, contact sur ma joue. Je me tournai et tendis les bras pour repousser l'intrus. Je l'entendis se lever et la fenêtre s'ouvrir. Puis, pendant un instant qui suffit à tromper la vigilance, plus un bruit. Une chaise se tira près de mon lit et quelqu'un s'assit dessus. Mais j'étais trop endormie pour réagir. Le lendemain matin, je me réveillai avec les rayons du soleil qui passait par mes volets entrouverts.

- Pas entrouverts, Lucy. Ils sont ouverts, soufflai-je pour moi même.

On toqua à la porte.

- Hime ! Vous devez...Ah, vous êtes déjà réveillée ? Bon, votre petit déjeuner est prêt. Vous pouvez descendre quand vous serez prête et pendant ce temps, je vous prépare le bain.

- Merci Virgo.

- De rien Hime. Je ne fais que mon travail.

Elle sortit de la chambre. Je m'étirai et quand je reposai mes mains sur le matelas, je sentis du côté droit un creux chaud. Quelqu'un avait bel et bien dormi avec moi. Quelqu'un d'agile, et de futé pour échapper à la surveillance des gardes. Je descendis les escaliers et pris mon déjeuner en repensant à cette nuit. Qui était cette personne ? Je fus prête de bonheur et je saluai Virgo et Capri avant de retrouver Grey. Il m'invita à entrer chez lui et je me changeai pour ressortir avec les habits qu'il m'avait donné hier. On retrouva le lycée ainsi que les quelques lycéens qui se retrouvaient devant. Automatiquement, nous nous dirigeâmes vers le groupe de garçons. Sting me fit la bise malgré les avertissements que je lui donnais s'il le faisait, et je fit un tcheque avec les autres. Timidement, Jellal me tendit une feuille recto-verso de son écriture.

- Natsu m'a demandé de te donner le français.

- Merci, c'est très gentil.

Je pliai la feuille en deux et la glissai dans mon sac. Natsu nous rejoignit, tchequa ses amis avant de frapper un coup son meilleur ennemi et passa un bras derrière mes hanches et m'embrassa. Je me laissai faire. Il sourit contre les lèvres. On se sépara et il se pencha au dessus de mon oreille.

- Tu aimes de plus en plus hein ?

- Même pas en rêve.

Je m'écartai de lui et lui ébouriffa les cheveux. Il repoussa mes mains avant de croiser ses doigts avec les miens.
 
Chapitre 16 : C'est qui, ce visiteur nocturne ?

<---Chap.15
.
Chapitre 16 : C'est qui, ce visiteur nocturne ?

Tags : blog lucy natsu - natsuXLucy

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.116.187) if someone makes a complaint.

Report abuse