Pour toujours et à jamais

Elle est collée à toi. Tout le temps. Qu'attends tu pour la repousser ? Ah oui. J'oubliai. Tu l'aimes. Et elle t'aime. Mais regarde. Moi aussi, je t'aime. Mais je n'ai même pas le droit de t'approcher. Pourtant, j'ai toujours été là pour toi. Et tu sais pourquoi ? Parce que je t'aime. Pas comme elle. Elle te ment. Mais tu ne le vois pas. L'amour rend aveugle, et tu es tombé dans son piège. Elle ne t'aime pas. Je supporte de moins en moins ta situation, et la mienne. Je fais tout pour que tu me remarques, tu sais. Je chante en passant devant toi. Je ris devant toi. Je fais des gestes devant toi. Je me fais jolie pour toi. Mais j'attends, et j'en ai marre. Je me souviens de la première fois que je t'ai vu, en seconde. Je t'ai tout de suite aimé. Je n'en étais pas sûre. Je n'étais jamais tombée amoureuse avant. Je ne croyais pas au coup de foudre. Je me souviens de tout dans les moindre détails. Tes rires. Tes gestes. Tes techniques de drague pourries. Mais elles ne s'adressaient jamais à moi. Toujours à la même. Toujours. Et elle te repoussait toujours. Mais tu ne t'en lassais pas. Tu en redemandais. Je me souviens de ta phrase, quand tu étais juste devant moi. Elle venait de te faire un bisou sur la joue. Je me souviens quand j'ai sentis mon c½ur éclater.
« Je ne me laverai plus jamais cette joue. »
Si tu savais comme ta phrase m'a blessé. Mais je n'ai rien laissé paraître. Sinon, mon amie s'en serait aperçu. Tu pourras lui demander, elle pourra te dire combien de fois je lui ai demandé :
« Tu crois qu'il sort avec elle ? »
à chaque fois que tu étais près d'une fille. Ou quand tes amis se sont mis à sortir avec des filles.
« Tu crois qu'il sort avec quelqu'un ? »
Elle me disait souvent qu'elle n'en savait rien. Je me blessais inutilement en me répétant que tu étais avec quelqu'un.
« J'en suis sûre. Pourquoi ses amis et pas lui ? »
Je pensais souvent ça. Souvent, pour ne pas dire tout le temps. Les jours où tu ne venais pas, où que tu séchais un cours, le matin, tu ne pouvais pas savoir à quel point j'étais déçue, triste. Le simple fait de ne pas te voir tout les jours me brisait. Bien sûr, je la voyais, elle. Toujours là. D'ailleurs, j'aimerai qu'elle disparaisse. Là, maintenant. « Pouf ». Aussi simple que ça. Plus de elle, plus d'obstacles. Faire comme si elle n'avait jamais existé. Et que tu m'avais toujours remarqué. J'y ai souvent cru, et c'est ce qui me faisait espérer. Espérer que tu me remarques enfin, et que tu l'ignores. Comme si elle n'était pas là. Plus là. Comme si elle n'avait jamais été là.
Le plus triste dans l'histoire, c'est que je souriais tout le temps. Comme si tout allais bien. Comme si tu ne l'aimais pas, comme si elle ne t'aimais pas, comme si tu m'aimais moi. Au self, je te cherchai toujours des yeux. Et je te voyais toujours l'embêter, la prendre dans tes bras, lui déposer des baisers sur la joue. Mais j'ignorai. C'était plus simple comme ça.
Tu me faisais souvent de faux espoirs. En français, quand on se croisait du regard. Je détournai les yeux en premier. Et en musique. Où tu m'as appelé. Parce qu'on étudiait une musique espagnole, et que tu pensais qu'il fallait traduire les paroles. Je ne te servais qu'à ça. Je t'étais utile. J'étais là quand tu avais besoin, sinon, je n'étais que de l'air. Le pire, c'est que même si je savais que je te servais à ça, j'aimais entendre ta voix s'adresser à moi. Tu ne peux pas compter le nombre de fois où je me suis imaginé ta voix me susurrer des mots que je voulais tant entendre de toi. Et puis, quand le lycée à fait la fête de fin d'année. Tout le monde s'était serré contre tout le monde. J'ai entraîné mon amie près de toi, et je me suis collée à toi. Tu m'as regardé comme si je venais de faire quelque chose d'interdit. Peut-être que cette action était mal. Mais je n'y crois pas.
Mes plus douloureux souvenirs se passent en sport. Quand tu as caressé la tête d'une fille que je croyais être mon amie. Elle ne t'a pas repoussé, alors que quand je tentais de lui toucher les cheveux, elle me criait dessus. Quand on devait monter le filet de volley. La prof m'avait demandé à moi, puisque j'étais grande. Tu t'es placé à mes côtés et tu t'es mesuré par rapport à moi.
« Regardez madame, je suis plus grand qu'elle. »
Je me souviens de ton regard à ce moment là. J'ai cru que tout était possible, à cet instant. Je me souviens de mon rire quand je t'ai dit que j'étais plus grande. Mais tu ne savais pas que dans mon c½ur, la place que tu occupais l'étais encore plus. Puis tu lui as caressé les cheveux. Je me suis sentie trahie. Pas par toi, mais par elle. Et puis il y a ces fois, en escalade. J'étais forte en escalade. Toi aussi. Tu me demandais si telle ou telle piste était facile. On se lançait des défis pour savoir qui réussira à escalader la plus dure, que seuls nous deux avions réussi à escalader. Je me souviens de la fois où tu as dû monter remettre une piste en place. Je t'ai accroché la corde au baudrier, et je t'ai touché, et tu n'y as vu aucune objection. J'ai souris. Mais ce sourire, à présent, me fait mal.
Si seulement tu savais tout ce que j'avais sur le c½ur.
Je t'ai haït, à un moment. Tu as insulté ma meilleure amie. Mais je ne t'ai jamais détesté. Je faisais comme si tu n'étais qu'une sale ordure. Dans mon c½ur, tu ne l'étais pas.
Ou encore cette fois, où je t'ai vu parler avec cette fille, moche, nulle, sans conversation. Tu avais l'air de trouver ce qu'elle racontait passionnant. J'aimerai pouvoir te parler et que tu éprouves le même intérêt pour mes paroles.
J'aime ta façon de me critiquer, en espagnol, quand j'ai eu 18, et toi seulement 14.
« Tu aurais pu me laisser te copier. »
« Tu as déjà copié tes 14 points sur moi. »
Tu as sourit et puis rigolé.
« Tu as remarqué ? »
« C'était pas très discret. »
« Oui, tu as raison. D'ailleurs, c'est étonnant que le prof ne l'ai pas remarqué. »
C'était la première fois que je tenais une conversation avec toi. Puis tu as reporté ton attention sur elle. Elle qui me fixait méchamment.
Je savais que je n'avais aucune chance. Je te voyais te balader seul à seul, avec elle. Toutes les récrées. Dès que tu n'avais pas cours. Quand je te voyais discuter avec elle, ma question me revenait toujours.
« Tu crois qu'il sort avec elle ? »
Mon amie m'a toujours soutenue dans ces moments là.
« Non. Il drague, mais elle ne veut pas sortir avec lui. Ne t'inquiète pas, d'accord ? »
Comment ne pas s'inquiéter ? Je risquai de te perdre. Je te voir l'embrasser. La câliner. Lui parler.
Puis tu es sortis avec une autre. J'ai cru que je rêvais, ou simplement que mon cauchemar devenait réalité. Mon c½ur est tombé dans un abîme noir, où il a éclaté en mille morceaux. Et puis un jour, dans le bus, tu as avoué à une fille de notre classe qu'elle t'avait largué parce que tu étais allé en cours. Mes écouteurs dans les oreilles, son coupé, je ne perdais pas une miette de ton récit. Mon c½ur remontait l'abîme dans lequel il avait sombré, réparé, et volait libre comme l'air.
Ça ne dura pas.
Deux mois plus tard, elle est accrochée à ton bras, heureuse, souriante comme jamais. Mon c½ur chuta. Rien ne le retint. Il ne battait plus. J'en reviens à mon début.
Qu'attends tu pour la repousser ? Ah oui. J'oubliai. Tu l'aimes. Et elle t'aime. Mais regarde. Moi aussi, je t'aime.
Mais j'aime quelqu'un d'inaccessible. Tu es si près, et pourtant si loin.
Je t'aime. Je t'aime. Je t'aime. Je ne pourrais jamais me lasser de te dire ces trois petits mots. Tant qu'ils s'adressent à toi. Toi et toi seul, car tu es le seul que j'aime.
J'ai cru pendant les grandes vacances que je parviendrai à t'oublier. Grossière erreur. Quand je t'ai revu, toujours avec elle, je me suis sentie délaissée, abandonnée.
Alors je veux en finir.
Sache que je t'aime, et je t'aimerai toujours, Natsu.
Adieu,
J'espère que tu ne m'oublieras jamais.
Lisanna.


♐♏♐♏♐♏♐♏♐♏♐♏♐♏♐♏♐♏♐

One shot de 1477 mots.
 
------------------------------

Bref...
J'espère que cet One Shot t'aura plu.
J'ai tenté quelque chose de nouveau, l'histoire se passe à travers une lettre écrite par Lisanna.


Il est Natsu.
Elle est Lucy.
Je suis Lisanna.

One shot répertorié nulle part pour l'instant, n'hésitez pas à donner votre avis.



Je voulais écrire cet Os parce que ces temps ci, je lis beaucoup de truc où Lisanna est une connasse de première, et je tiens à dire :
D'accord, elle ne va pas avec Natsu (Il va seulement à Lucy.).
Ensuite, Lisanna est moins belle que Lucy, mais c'est pas une raison de l'insulter.

C'est parce qu'elle est là qu'elle tue le NaLu ?

Bon sang !

Nous, les NaLuniens, on est d'accord pour dire que Natsu va avec Lucy et Lucy va avec Natsu, donc pas d'inquiétude à avoir à cause de Lisanna !!
Natsu et Lucy sont faits l'un pour l'autre, donc qu'il y ai Lisanna ou pas, ils resteront ensemble !! Elle n'est pas un obstacle !

Répertorié ici.
.

Tags : Pour toujours et à jamais ♥ - OS triste

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.158.195) if someone makes a complaint.

Comments :

  • QUEEN

    03/07/2017

    De rien 8D

  • Nxtsu

    03/07/2017

    QUEEN wrote: "XD je suis une fane maintenant *^* x)"

    Merci xD ♥

  • QUEEN

    03/07/2017

    XD je suis une fane maintenant *^* x)

  • Nxtsu

    03/07/2017

    QUEEN wrote: "Waouw...c'est la première fois qu'un tel onee short m'émouvois...tu ecrit super bien..on ressens tout les sentiments de "je "c'est..juste sublime "

    Merci ! *^*
    Contente qu'il t'ai touché !

  • Nxtsu

    03/07/2017

    Petite-Cameleonne wrote: "Si, tu pourrais voir à quels points sa à marché!!!!!!"

    C'est super ! =)

  • QUEEN

    03/07/2017

    Waouw...c'est la première fois qu'un tel onee short m'émouvois...tu ecrit super bien..on ressens tout les sentiments de "je "c'est..juste sublime

  • Petite-Cameleonne

    03/07/2017

    Si, tu pourrais voir à quels points sa à marché!!!!!!

  • Nxtsu

    03/07/2017

    Petite-Cameleonne wrote: "Wow... Waouh... Magnifique! Dans ce texte je me siuis retrouvé en tant que Je.."

    Merci ! C'était justement le but, s'identifier dans la personne qui parle. Ravie que ça ai marché ! *^*

  • Petite-Cameleonne

    03/07/2017

    Wow... Waouh... Magnifique! Dans ce texte je me siuis retrouvé en tant que Je..

  • OneLucyManga

    28/05/2017

    streetDeNALU wrote: "Faut croire:)"

    C'est trop chou *^*

Report abuse