Chapitre 28 : Application du plan (foireux ?) de Natsu -pas si foireux que ça, en fait-

- Tiens, c'est amusant. Votre amour n'était que racontars ? Votre survie est plus importante que celle de votre « âme s½ur » ? Sourit la cause de tous nos problèmes. Si vous devez vous dire des choses, faites le maintenant.

Chapitre 28 : Application du plan (foireux ?) de Natsu -pas si foireux que ça, en fait-


Je fermai un ½il, déplaçant minutieusement l'arme pour être sûre de le toucher. Pas facile.
 
- Luce, je ne suis pas un mafieux.
 
- Je sais. Et c'est pour ça que je t'aime.
 
- Je t'aime aussi. Tu me rassures, Luce. J'ai vraiment cru que tu m'en voulais.
 
Une petite pose entre-coupée par la respiration saccadée de mon père.
 
- Bon, va falloir dire au revoir, sourit Natsu. Ravi d'avoir fait ce bout de chemin avec toi, Luce.
 
- De même, Natsu. Vraiment, je ne me suis jamais sentie aussi vivante qu'avec toi.
Nous nous sourîmes réciproquement.
 
- Comme c'est émouvant, je vais verser une larme, se moqua mon père.


Je voyais Jack pointer son arme sur la tête de Natsu, et je pensais que Hickel en faisait de même avec moi. Posté sur le côté, derrière Natsu, Jack souriait comme un enfant qui vient de recevoir un cadeau.
 
- Natsu, je t'aime et je t'aimerai toujours, soupirai-je.


- Moi aussi Luce. C'est pour ça...
 
Mon doigt se tendit sur la gâchette. Le moment approchait.
 
- C'est pour ça que je veux continuer de vivre avec toi.
 
Mon doigt pressa la gâchette. Natsu en fit de même, et deux explosions assourdissantes transpercèrent mes tympans. Je fermai les yeux un court instant, entendit la balle de Natsu siffler près de mon oreille. Pour deux corps tombèrent au sol. Hickel et Jack était morts, tous les deux une balle encastrée dans la tête. Ils poussèrent un râle tandis que Natsu pointa son semi-automatique vers Jude, qui grimaçait.
 
- Il n'y avait qu'une balle dans ton chargeur.
 
- Faux.
 
Il tira une deuxième balle, et Jude se la prit dans la poitrine.
 
- Comment ?...!
 
- Un mafieux a toujours un deuxième tour dans son sac.
 
Mon père tomba lourdement au sol, pressant sa blessure d'une main, transpirant.
 
- Je savais...Que Lucy trouverait...Quelqu'un...Pour se venger...Sale...Chienne...
 
Et il cessa ses mouvements, mort.
 
- Même à l'article de la mort, il me traite comme une moins que rien. Bravo pour ton tir, il m'a sifflé à l'oreille. Tu aurais pu être plus précis, un peu plus et tu me descendais.
 
- Oh, ça va, hein. Madame se la joue parce qu'elle vise très bien. D'ailleurs où as-tu appris à tirer ?
 
- Ma mère tenait absolument à ce que je sache me défendre avec une arme à feu. Ça aura servi, finalement, haussai-je les épaules.


Je tournai le visage de mon père avec le pied, observant l'homme que je détestais tant.
 
- Luce, avec le raffut qu'on a fait, m'étonnerait pas que des gens débarquent. On ferait mieux de se dépêcher.
 
- Oui, acquiesçai-je.


Il me saisit le poignet avant de prendre le 9 millimètre de Jack, et de sortir le chargeur.
 
- Chargeur vide, s'étonna-t-il.


- Prends celui de Hickel.
 
Le revolver de Hickel portait encore trois balles, que Natsu s'empressa de charger en tirant sur la chambre.
 
- Ok...Ton père a dû engager plusieurs personnes...Tu supportes la vue du sang,
Luce ?
 
- A peu près...Pas quand y en a trop, hésitai-je.


Des gens avançant au pas de course se firent entendre. Et ils se rapprochaient de notre porte. Natsu pointa la porte du canon, et ferma un ½il.
 
- Ferme les yeux, Luce. Ça va gicler.
 
Je fermai les yeux, et la porte s'ouvrit. Des cris de stupeur, un coup de feu et trois corps qui tombent, avant qu'une main chaude saisisse la mienne et me tire en avant.
 
- Wahou ! Ce flingue est mortel !
 
Natsu passa la porte, aux aguets, tandis que j'enjambai trois corps, une balle aillant traversé leur crâne avant de s'encastrer dans le mur derrière eux.
 
- Tu...Tu as tué trois personnes avec une balle ?
 
- Ouais. T'en apprends des trucs sur moi, hein ?
 
- Ouais, je m'y attendais pas. En même temps, venant d'un gosse de la mafia...
 
Natsu se stoppa et se colla contre le mur du couloir, avant de me fixer.
 
- Ça te dérange de sortir avec un gosse de mafieux ?
 
- Non. Ce n'est pas de ta faute. Les fleurs ne choisissent pas où elles poussent, et on ne choisit pas ses parents.
 
- C'est joliment dit.
 
- Merci.
 
- Bon...Tu crois que Lisanna est encore en vie ?
 
- Euh...Je crois...Elle doit être ficelée quelque part dans ce bâtiment.
 
- Bon, ça va nous faciliter la tache, ce « quelque part »...
 
<---Chap.27
Voilà comment marche un semi-automatique, l'arme de Natsu et Lucy 
.
Chapitre 28 : Application du plan (foireux ?) de Natsu -pas si foireux que ça, en fait-

Tags : school fic nalu - blog natsu lucy - natsuXlucy

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.116.187) if someone makes a complaint.

Comments :

  • OneLucyManga

    12/10/2016

    elecim57100 wrote: "pas grave"

    Ouf tu me rassures o_o"

  • elecim57100

    12/10/2016

    pas grave

  • OneLucyManga

    12/10/2016

    Candisx wrote: "Je m'en lasserai jamais .. J'aime trop le moment "Ca te dérange de sortir avec un gosse de mafieux ?" C'est trop beau la petite citation à La Lucy ! Génial comme d'habitude ^^"

    Merci ! Mais la citation est de Erza dans e manga donc c'est pas vraiment de moi :-D contente que ça t'ai plu :-)

  • OneLucyManga

    12/10/2016

    elecim57100 wrote: "vite la suite"

    Oui désolée si j'ai pas eut le temps de preuve j'ai du me déconnecter en urgence >_<

  • elecim57100

    12/10/2016

    vite la suite

  • Candisx

    11/10/2016

    Je m'en lasserai jamais .. J'aime trop le moment "Ca te dérange de sortir avec un gosse de mafieux ?" C'est trop beau la petite citation à La Lucy ! Génial comme d'habitude ^^

Report abuse