You will never have me → Partie 3, La Disparue.

Partie 3 :
La disparue
 
Je me tourne et me retourne dans le grand lit double de Natsu. Après beaucoup d'insistance, il me l'a laissé, et a prit le canapé. Je ne trouve pas le sommeil, des souvenirs tourbillonnent dans mon esprit, flous. Je vois une silhouette de femme, avec des cheveux bleus, remplacée par celle d'une femme aux cheveux blancs, et un objet en métal se plante dans mon avant-bras. Pour appuyer mes dires, une douleur située au même endroit se fait ressentir, quand cette image surgit, avant que celle-ci disparaisse aussi rapidement qu'elle était venue. On peut alors dire que je suis perturbée.
Je vois aussi des paroles liquides flotter autour de moi, avec les mêmes mots revenir sans cesse.
« Natsu Dragnir...Natsu...Natsu...Natsu Dragnir...Dragnir... »
Puis le nombre 654 apparaît, avant de devenir flou et d'être remplacé par le visage souriant de Natsu. Je ne connais pas le sens de toute cette mascarade, et le sujet principal de mon occupation n'est autre que le pourquoi du comment je m'étais retrouvée ici, dans ce lit, dans cette chambre, dans cet appartement, dans cette ville, dans ce pays.
Je ne comprenais pas, je ne comprends pas et je ne comprendrais sûrement pas plus tard.
Je ne sais pas pourquoi j'ai accepté de dormir ici, ni pourquoi j'ai tout simplement accepté de le suivre. Je suis stupide.
 
~***~
 
On me secoue l'épaule. Je déteste qu'on me réveille. Je grogne en me retournant, pour repousser la main.
 
- T'es toujours de mauvais poil, le matin ?


Sa voix me fait sursauter, comme une décharge électrique.
 
- Pourquoi tu m'as réveillée ?
 
- Bonjour à toi aussi. Ravi de te revoir.
 
- Arrête de jouer. Je n'ai pas de cours à suivre, alors je peux roupiller, je ronchonne en plantant ma tête dans l'oreiller moelleux.


- Effectivement, tu pourrais, réplique-t-il. Mais moi, j'ai cours. Et je ne compte pas te laisser dormir alors que je vais bosser.
 
- Sale tyran, je grommelle sans bouger pour autant.
 
Il ricane en me dégageant de la couverture, qu'il envoie sur le sol.
 
- Mince, tu dors sans sous-vêtements ?
 
- Qu'est-ce que tu racontes ? Je persifle.


Je baisse les yeux sur ma tenue, et trouve le t-shirt remonté sur mon ventre, et le caleçon bien à sa place, si ce n'est qu'il est un peu en travers.
 
- Menteur ! Je cris en lui envoyant mon oreiller au visage.


Il éclate de rire en me renvoyant le coussin.
 
- Tu devrais voir ta tronche, Lucy, c'est vraiment horrible !
 
- Tais-toi, je râle en me traînant hors du lit chaud et en le bousculant pour sortir de la pièce.


Je m'enferme dans la salle de bain, et retire les habits empruntés pour entrer dans la baignoire. J'ouvre le robinet, et laisse l'eau me détendre et me réchauffer. Je soupire d'aise, et ferme les yeux. Je me savonne le corps, et me fais un shampoing, en prenant mon temps.
Des coups répétés à la porte m'arrachent une grimace.
 
- Quoi ? Je lâche.


- Dépêche. Il faut que je t'explique quelques trucs avant de partir.
 
Je l'entends tourner les talons et s'éloigner. Je grommelle une réponse inaudible, et me rince, avant de couper l'eau et de sortir avec précaution de la baignoire. Je me sèche, et entremêle mes cheveux, en tresse épis de blé gracieuse. Je la fais goutter, et la ramène finalement sur mon épaule, une fois habillée. Enfin, je quitte la salle de bain fièrement. Natsu m'attend devant un bol de céréales au chocolat. Il fixe d'un ½il absent la télé. Je m'arrête derrière lui et sourit dangereusement. Je m'approche de lui à pas de chats, et lui saute dessus en criant. Il sursaute et renverse son verre de jus d'orange, et lâchant un juron.
 
- Merde Lucy, regarde ce que tu m'as fait faire !
 
- Bla bla bla, je le taquine. Je te signale que je me suis juste vengée. C'est pas ma faute si môsieur à peur de moi, je claironne.


- Espèce de garce, ronchonne-t-il.


Je lui plaque un baiser sur la joue en guise de pardon et m'installe face à lui, bras croisés.
 
- Bon, tu voulais me dire quoi ?
 
- Je vais au lycée aujourd'hui, répète-t-il.
 
- Je sais.
 
- Laisse moi finir, dit-il, agacé. Bon, et donc, je peux pas t'emmener à l'hôpital-
 
- Ça ne fait rien. J'ai pas envie d'y aller, je coupe avec un geste désinvolte de la main.


Il soupire, et roule des yeux.
 
- Laisse moi parler, grince-t-il. Je te laisse ici, tu vas être seule jusqu'à 11 heure 30, je viens manger ici avec des potes. Ensuite, je repars à 13 heure et je reviens ici à 16 heure, toujours avec mes potes, et un dors ici.


- Ouais, et donc ? Je demande nonchalamment, sourcil haussé, en sirotant mon verre de jus de fruit.


- Donc, reprend-t-il avec exaspération, je vais devoir céder mon canapé à mon pote.


- Et ? Je ne vois pas le problème.
 
Il souffle en se prenant la tête dans la main.
 
- Le mythe disant que les blondes sont connes se confirme...
 
- Eh ! Je feule en lui envoyant un coup de pied dans le tibia, ce qu'il ignore.


- Et je vais devoir récupérer mon lit.
 
- Tu me jettes à la porte ? Je demande, plus aussi sûre de moi.


- Non ! Non, corrige-t-il, je vais devoir partager avec toi.
 
Je reste un instant bloquée sur ses paroles. Partager avec moi ?
 
- Attends...Quand tu dis partager...Tu vas dormir avec moi ? Je déduis.


- Oui, acquiesce-t-il. J'espère que tu n'as pas de gaz, assène-t-il.


- Non ! Je m'étrangle. Qu'est-ce que tu vas t'imaginer ? Je suis une jeune fille innocente !
 
- Pas si innocente que ça, à en croire ta fugue.
 
- Je n'ai pas fuguée ! Je m'égosille. Combien de fois je devrais te le dire ?
 
Il m'observe longuement, et jette un coup d'½il à la pendule accrochée au mur.
 
- Faut que j'y aille, coupe-t-il. Bouffe pas toutes les choses comestibles que tu trouveras, Lucy.
 
- Pourquoi je ferais ça ? Je m'écris.


- J'ai lu que les Lucy avaient un gros appétit.
 
- C'est des conneries ! Je proclame.


- Je verrai bien en rentrant, chuchote-t-il à mon oreille en me collant un baiser humide sur les deux joues.


- Tu verras rien du tout, je grogne.


- Ouais, j'espère, sinon je te botterai les fesses ! Sourit-il en m'adressant un clin d'½il avant de disparaître derrière la porte d'entrée.


J'acquiesce, même s'il ne peut plus me voir. Je me surprends à penser que j'aimerai bien qu'il me touche les fesses, et me donne une claque mentale.
Je me sens mal.
Mon cerveau me répète que c'est mal, que je ne devrais pas.
Pourtant, mon c½ur me dit d'y aller, de ne pas hésiter.
Je suis perdue.
Je me masse les tempes, et décide que la meilleure chose à faire maintenant, est de verrouiller la porte, ce que je fais. Ensuite, je me découpe du pain, que je grille, avant de chercher du Nutella. Il n'y en a pas, et j'opte pour une confiture de mûres.
 
- Natsu, je te tiens personnellement responsable du meurtre que je vais commettre si je n'ai pas de Nutella d'ici demain, je chuchote.


Personne ne me répond, et je m'assied sur le canapé, en zappant de chaînes en chaînes, ne trouvant rien à voir.
 
- Pff...Je m'ennuie...
 
- Miaou.
 
Je baisse les yeux sur un chat bleu, qui me regarde en reniflant l'air qui nous sépare. Je recule contre le mur, effrayée.
 
- Va-t-en !! Comment es-tu entré ici ? Sors ! Je lui ordonne, en agitant la main devant moi.


Le chat se contente d'agiter ses moustaches, en faisant un pas vers moi. Je pousse un cri aigu, en envoyant un coussin dans sa direction. Le chat crache, et hérisse ses poils. Je lui cris dessus, mais il montre ses petites dents pointues.
Mon portable, posé devant moi, près du chat, se met à sonner en vibrant.
Le chat, surpris, sursaute et pars en courant se cacher sous la table où repose la télévision. Je vois ses yeux jaunes briller dessous.
Tremblante, je décroche l'appel.
 
- A...Allô ? Je chuchote.


- Lucy ! Retentit la voix joyeuse de Natsu. Ça va ?
 
- Ouais, à peu près, je dis, maussade.


- Arrête de mentir, s'impatiente-t-il.


- Ben ?...
 
- Ok, écoute, dit-il en décollant son oreille du portable, je reviens les gars, trente secondes, dit-il en s'éloignant, puis il rapproche le combiné. Ok, alors, je reprends. Qu'est-ce qui t'es arrivé ?


- Rien, je renifle.


- Bien sûr. J'attends.
 
Comme il n'a pas l'air décidé à lâcher l'affaire, je réponds finalement.
 
- Un chat, je souffle.


- Un...Chat ? Répète-t-il.


- Oui. Un chat. Bleu.
 
J'attends une phrase du genre « Lucy, t'as bu ? Ou t'es vraiment idiote ? Les chats bleus n'existent pas. », mais elle ne vient pas.
 
- Happy est rentré ?
 
- Quoi ?
 
- J'ai dit : H-
 
- Je sais ce que tu as dit. C'est qui, ce Happy ?
 
- C'est mon chat. Appelle le, tu verras, il viendra.
 
- Non ! Je déclare, catégorique.


- Mais tu verras, il est très gentil, et-
 
- J'ai dit non. Je refuse.
 
- Pourquoi ?
 
J'hésite, et me mord la lèvre.
 
- Lucy ? Pourquoi ?
 
- Je...Je déteste les chats.
 
- Ah bon ?
 
- Oui. Je les hais.
 
- C'est pas possible. Celui qui n'aime pas les chats n'est pas humain, blague-t-il.


- Je suis très sérieuse. Je n'appellerai pas ton chat, et je refuse qu'il s'approche de moi. Sinon je l'enferme dans la salle de bain.
 
- Tu vas le traumatiser.
 
- Je pense qu'il l'est déjà. Il est caché sous la table de la télévision, parce que je lui ai crié dessus et je lui ai lancé un coussin, avant que mon portable sonne et qu'il se cache.
 
- Je te tiens pour responsable si il fait un arrêt cardiaque.
 
- Ouais ouais ouais. En attendant, tu rentres à midi et tu me fous cette bestiole dehors.
 
- Pas de problème. Évite juste de le trucider d'ici-là.
 
Il raccroche, et je jette un regard furieux à Happy.
Je me dépêche de sortir de l'appartement en fermant à clef derrière moi. J'entends le chat miauler, mais je l'ignore et flanelle dans les rues, en admirant la ville qui s'offre à moi.
Je marche sans m'arrêter, et trouve une boulangerie où j'achète un croissant, puis sans m'en rendre compte, je me retrouve devant le lycée Fairy Hills. Je soupire, sachant que Natsu s'y trouve, et décide de l'attendre, car n'aillant rien à faire, et qu'il restait seulement une heure avant que les cours finissent, autant rester ici.
~***~
La sonnerie me sortit de mes pensées, et je me lève pour attendre Natsu devant le portail. Il ne se fait pas long, car il se précipite hors de l'enceinte, avec un type aux cheveux noirs en piques et aux innombrables piercings sur les talons. Il croise mon regard et me sourit en me faisant de grands signes. Je lui adresse un petit sourire timide, et il m'agrippe les bras, m'entraînant dans sa course.
Ce n'est que quand j'entends quelqu'un vociférer son prénom que je comprends pourquoi il est si pressé. Je souffle en tentant de garder le rythme, et quand on est assez éloignés, il soupire et se tourne vers son ami.
 
- Gajil, je te présente Lucy. Lucy, Gajil.
 
- Salut, je dis, essoufflée.


- 'Lut.


Je me retrouve devant l'appartement de mon ami plus vite qu'il n'en faut pour le dire, et soupire quand je m'affale sur le tapis de l'entrée.
 
- Alors en fait, Nat', Lucy c'est ta copine ?
 
- Si par copine, tu veux dire coloc', ouais.
 
- Je ne suis pas en colocation avec toi, je grimace. Tu m'héberges, c'est tout.
 
Gajil donne un coup de coude à Natsu en souriant perversement. Il se penche à son oreille et lui chuchote un truc, puis Natsu me jette un regard avant de tourner au rouge.
 
- Tais-toi !
 
Gênée, sans savoir vraiment pourquoi, je détourne la conversation sur un sujet opposé.
 
- Natsu, c'était qui, la fille qui te criait après ?
 
- Erza, il murmure en virant du rouge au blanc. C'est un monstre...
 
Je glousse et étouffe mon rire, gênée par ce son si désagréable.
 
- Et pourquoi elle t'en voulait ?
 
- J'ai mangé son gâteau...
 
- Ce qui ne se fait pas ! Je gronde.


- Mais elle en avait un entier et elle voulait pas m'en passer un bout ! En plus, je voulais manger du gâteau...
 
- Idiot ! Tu auras dû me le dire ! Je t'en aurait préparé un, ça m'aurait occupé !
 
- Woah, mec, ta meuf sait cuisiner, souffle Gajil.


- Je ne suis pas sa meuf, je dis en me détournant pour cacher mes joues rouges.


Un « ça ne saurait tarder » me parvint aux oreilles et je rougis encore plus, à la limite du possible.
 
~***~
Plus de deux semaines s'étaient écoulées depuis que Natsu m'avait hébergée.
Mes souvenirs me revenaient par fragments, à des moments où je m'y attendait le moins. Pendant le repas, je devenais livide, et je toussais, puis je reprenais mes couleurs sous le regard inquiet de Natsu. Il pensait que j'étais malade.
Mais depuis deux semaines aussi, la barrière qui séparait l'amitié de l'amour devenait de plus en plus fine. Chaque seconde passée avec Natsu amincissait la limite invisible.
Les nuits, je rêvais de lui. Les jours, je pensais à lui.
Dès que je n'étais pas avec lui, mon cerveau reconstruisait doucement le mur qui m'empêchait de tomber amoureuse de lui. Mais il était trop tard.
Un regard vers lui et la reconstruction explosait.
Je soupire. Les règles, ces sales règles, qui m'empêchent de vivre ma deuxième vie comme je l'entends...
Je sais que c'est mal. Que je ne dois pas. Mais fermer les yeux en devient douloureux. Alors je garde les yeux ouverts, et profite tant que la limite tient. Mais elle cédera, tôt ou tard, et je sais que je serais perdue.
Chaque jour, je sais que je résiste. Sinon, il y a bien longtemps que je me serais laissée aller...
Je sais qu'il ressent la même chose.
Je le sais ; et c'est pour ça que ça fait mal.
Quand je le laisserai, il souffrira. Par ma faute.
Je ne devais pas, je ne dois pas et je ne devrai pas le laisser m'aimer.
Mais je suis tellement contente qu'il ressente ça pour moi. De l'amour. Du vrai, de l'authentique.
~***~
Je sors mes clefs de ma poche, les sacs de course dans la main. J'ai acheté les ingrédients préférés de Natsu, et j'ai décidé de lui préparer son plat préféré pour me faire pardonner.
Me faire pardonner de l'avoir laissé tomber amoureux de moi.
Je sais qu'au fond de moi, je veux qu'on franchisse le pas, et même si je dois le quitter, je n'aurai aucun regret. Mais je ne veux pas non plus le laisser. Je veux vivre ma vie avec lui.
Sauf que lui, s'accroche à un rêve, une illusion.
Il ne pourra jamais m'avoir. Jamais.
S'il réussi à m'avoir, il ne me reverra jamais.
Pourquoi n'abandonne-t-il pas ? Les règles sont de vigueur, et impossible d'en réchapper.
 
Je pousse la porte, et dépose les sacs dans l'entrée, afin de retirer mes chaussures. La porte sonne, et je me tourne vers elle.
 
- Déjà rentré ? Je pensais que-...
 
Je m'interromps en découvrant un jeune garçon aux cheveux blonds. Il sourit, et il faut l'avouer, il est très mignon. Mais moins que Natsu. Natsu est le plus beau.
 
- Oui ? Je peux vous aider ?
 
- Oui, me sourit-il en avançant dans l'appartement.


- Excusez moi, mais je ne vous ai pas autorisé à entrer, je siffle.


- On n'a pas besoin de m'autoriser.
 
Il s'avance vers moi, et approche dangereusement son visage du mien. Je repousse son torse musclé, mais il me saisit les poignets, tout en posant brutalement ses lèvres contre les miennes.
Je ferme les yeux, mes pensées se bousculant dans ma tête.
Non, pas ça. Je ne veux pas partir. Laissez moi avec Natsu. Je ne suis pas d'accord, je ne veux pas...S'il-vous-plaît, laissez moi rester encore un peu avec Natsu...
Je sens ses mains se balader sur moi, je gémis, je veux le repousser, je n'y arrive pas, je perds mes moyens. Juste pour idée de rester encore avec Natsu, un jour de plus, encore un soir, je suis prête à me laisser faire. Je veux tellement rester avec lui...
La langue du garçon force le barrage de mes lèvres, et je retiens mes larmes. Je ne veux pas.
Je rouvre les yeux, quand la tête du garçon descend dans mon cou.
Une forme se trouve devant nous. Je reconnais Natsu grâce à ses cheveux roses dressés.
 
- Na...Tsu, je dis en laissant les larmes s'échapper.


Je le vois serrer les dents. Je le vois détourner le regard en serrant le poing.
 
- Natsu...Aide moi...Je ne veux pas, je sanglote, pendant que le garçon relève la tête vers moi, étonné.


Je vois Natsu cesser d'hésiter pour attraper le col du garçon et le tirer en arrière. Je me vois glisser le long du mur, soulagée. Je le vois frapper au visage le garçon, puis lui crier dessus, avant de le frapper à nouveau. Je ne vois pas ce qui se passe après, juste les formes indistinctes des deux garçons. Ma vue est brouillée de larmes. Je vois Natsu traîner le blond loin de moi, puis revenir, fermer la porte à clef, puis se pencher vers moi.
 
- Luce ? Luce, comment tu te sens ? Ça va ?
 
Ce surnom...Il me l'avait trouvé à la fête foraine où nous étions allés.
 
- Oui, je souffle.


- Arrête de mentir. Je sais que tu ne vas pas bien.
 
Il passe ses bras autour de ma taille, me relevant, et me serre contre lui, en posant son menton sur le haut de mon crâne. Je sens que mes jambes ne me retiendront pas longtemps. Mes genoux se dérobent, mais je ne tombe par, car Natsu me retient. Il essuie les traces de larmes de mon visage, et m'embrasse le front.
 
- C'est finit, maintenant. Il ne t'arrivera rien tant que je serai là, dit-il avec une voix rauque.


Je renifle dans son t-shirt. Oui, tout ira bien avec lui. Mais il ne restera pas éternellement à mes côtés. Je le sais, je ne me fais pas d'illusions. J'ai toujours été réaliste.
 
- Viens, on va s'asseoir.
 
J'acquiesce et me prends les pieds dans mon sac de course étalé par terre. Natsu me retient, encore une fois. Je le remercie, et il examine les ingrédients qui jonchent le sol.
 
- Je...Je voulais te faire ton plat préféré, ce soir, je lui chuchote.


Il me sourit et me serre dans ses bras, plaquant deux énormes baisers à quelques centimètres de mes lèvres. Il me tente trop, je ne peux me retenir...Je franchis le pas et dépose un baiser furtif sur ses lèvres. Il me regarde bizarrement, et je baisse les yeux, honteuse. Je savais que je n'aurais pas dû faire ça. Je n'ai pas réfléchit aux conséquences. Je vais disparaître demain, pour être tombée amoureuse de mon Protégé. Je fais une bien piètre Gardienne. Trop plongée dans mes réflexions, je ne le voit pas s'approcher de moi, aussi, je sursaute quand je sens à nouveau le contact de sa peau contre mes lèvres. Dieu, je ne me lasserai jamais de cette sensation...
Il me serre un peu plus fort, presque à m'étouffer.
Ses lèvres s'ouvrent, et les miennes suivent naturellement le mouvement.
Prise d'un nouveau courage que je ne me connaissais pas, je pose mes mains sur sa poitrine, et découvre son torse musclé fébrilement. Il grogne. Je souris, je suis sur la bonne voie.
Il commence à me caresser le dos, les hanches, et remonte ses mains de plus en plus haut, de plus en plus bas. Je gémis contre lui, et me colle à lui. Je pose ma tête contre son épaule.
 
- Luce...Je...Je t'aime, m'avoue-t-il.


Je redresse la tête vers lui en souriant.
 
- Ça, je le savais déjà, je dis en lui embrassant le bout du nez. Moi aussi, je t'aime, j'ajoute en lui mordant ce même nez pour l'embêter.


Son regard brûlant de désir me fait perdre la tête.
Je sais que demain je le regretterai. Je sais que je vais souffrir.
Mais je suis loin de me douter de la souffrance qu'il ressentira quand je ne serais plus là.
Seulement, je laisse tout ça dans un coin de ma tête, tente de l'évacuer. Je suis ici, maintenant.
Avec lui.
Il me plaque au mur doucement, et j'enroule mes jambes autour de ses hanches. Il nous emmène dans sa chambre, où il m'allonge avec précaution. Il s'écarte, et je boude.
 
- Natsu...
- Je viens, rigole-t-il en retirant son t-shirt sous mes yeux qui ne cessent de le dévorer du regard.


Il se positionne au dessus de moi, et je rigole en suivant le contour de ses muscles bien dessinés. Il tressaille, et je l'embrasse. J'adore quand il est comme ça.
Les choses s'enchaînent naturellement, et je me retrouve sur lui, à le regarder, en sueur, rouge, et grogner à chacun de mes mouvements.
Je lui souris, je l'embrasse, je me laisse aller. Je profite.
Je l'entends grogner plus fort quand je me penche en avant.
Je dépose un baiser sur son torse, en continuant de toucher son point sensible.
Il me sourit en me caressant les hanches.
Je frissonne, et il en profite pour me retourner. Je me sens rougir, et ma respiration est saccadée. Je lui tire la langue.
 
- C'est pas juste, je souffle.


- Je vais faire en sorte que ça le devienne, se moque-t-il avec sa voix devenue rauque, et en donnant un grand coup de bassin.


Je pousse un cri de surprise. Rien à voir avec ce que je faisais !
Ça ne le stoppe pas, et il continue, de plus en plus fort, de plus en plus vite.
Je gémis et m'agrippe à sa nuque, passant mes doigts dans ses cheveux roses, si doux.
Il me chuchote quelque chose, mais je ne l'entends pas.
Je gémis, et mes bras descendent dans son dos, et je ne peux m'empêcher de le griffer à chaque fois que je me cambre.
Il grogne, mais m'embrasse, sans me laisser le temps de rien faire.
 
~***~
Je sais que je pars.
Mes doigts disparaissent de plus en plus vite. De plus en plus douloureusement.
Mais malgré ça, j'écris. J'écris, je ne m'arrête pas.
Je sais que c'est ma seule chance.
Alors j'écris.
Je lui dit tout.
De l'accident, jusqu'au Gardien, puis maintenant.
Ce que je ressens.
« Je t'aime. »
Mots interdits. Mots condamnables.
Je lui dit, ce que je ressens, ce que je pense. Mais aussi ce que je regrette.
Je lui jette un regard. Il dort paisiblement.
Comme j'aimerai le rejoindre...
Aïe. Mon corps me fait souffrir.
Je me concentre sur le papier.
Des taches humides le parcourent.
Je mets un temps pour comprendre qu'il s'agit de mes larmes.
Je soupire, en continuant d'écrire.
L'encre glisse sur le papier, les mots se forment, mon esprit se vide.
J'écris combien je l'aime. Combien il m'a rendue heureuse, combien je suis contente de l'avoir connu. Combien il me manquera.
J'écris aussi qu'il doit vivre au présent et ne pas poursuivre mon souvenir. Ça le blesserai.
J'écris les causes de mon départ.
Mais je ne dis pas où je vais.
Pour finir, je trace un c½ur, puis signe de mon surnom.
Je pleure quand je plis la lettre sur son bureau, et la glisse sur la table de chevet, sous son portable, pour qu'il ne la loupe pas.
Je dépose un baiser sur ses lèvres, lui caresse une dernière fois les cheveux.
Je l'embrasse sans le réveiller, une dernière fois. Je lui murmure un « Je t'aime ».
Une dernière fois.

Je disparais, je rentre au Paradis.

Je suis une Disparue.
 
~***~
.
Three-shot répertorié ici et n'hésite pas à laisser un avis !
 
You will never have me → Partie 3, La Disparue.
.
Partie 1 |╬| Partie 2
.
You will never have me → Partie 3, La Disparue.

Tags : You will never have me - NaLu - OS NaLu

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.158.195) if someone makes a complaint.

Comments :

  • OneLucyManga

    15/04/2017

    Visiteur wrote: "Aah d'accord, je comprends mieux.. Merci de m'avoir expliquée ^^

    Alors non je n'étais pas au courant qu'il y aurait une suite mais ça me réjouis parce que terminer sur une bad-end c'est très frustrant pour moi.. x) J'ai hâte de la lire

    Bisous à toi ^^
    "

    De rien, c'est normal ! ^^

    Contente que tu aies envie de la lire ! (Mais ne te fais pas trop d'illusions ~ Mwahahahahaha!!)

    Bisous sur tes fesses ~ **

  • Visiteur

    10/04/2017

    Aah d'accord, je comprends mieux.. Merci de m'avoir expliquée ^^

    Alors non je n'étais pas au courant qu'il y aurait une suite mais ça me réjouis parce que terminer sur une bad-end c'est très frustrant pour moi.. x) J'ai hâte de la lire

    Bisous à toi ^^

  • OneLucyManga

    05/04/2017

    Visiteur wrote: "J'ai bien aimé ton histoire et je me doutais pas du tout qu'il y auraiy une fin commz ça.. Par contre je trouve dommage que tu n'ais pas expliqué ce qu'était un Gardien. En quoi consiste la mission ? Pourquoi Natsu est une misdion difficile ? Éclaire ma lanterne s'il te plaît.. ^^"

    Merci beaucoup ! *^*
    Il y a une suite en cours d'écriture (The next Day) si ca t'intéresse ^^

    Un Gardien est une personne qui est chargée de protéger un humain. L'empêcher de mourir en quelque sorte. C'est essentiel car le Paradis accueille un nombre limité de gens morts, sinon ils sont condamnés à errer sur Terre comme "Fantômes" ou sont envoyés en enfer. Hades fait donc en sorte que, grâce aux humains morts et pour qui on a rien ou faire, que des humains soient sauvés. Il se charge de protéger des humains en forme et qui n'ont pas de maladies incurables.

    La mission de Lucy est d'empêcher Natsu de mourir, et de rejoindre le Paradis. S'il est mort pendant la mission de Lucy, les deux rentrent, mais ne sont pas surs d'être acceptés.

    Natsu est une mission difficile à cause de son tempérament. Trop gentil et naïf, il peut facilement accorder sa confiance, et Levy sait pertinemment que son charme pourrait faire chavirer le coeur de la blonde. Elle essaye de la tenir loin de lui sans réussir.

    Voilà, en espérant t'avoir convenablement répondu ! ^^ Si tu n'as pas compris mes explications, n'hésite pas à redemander ! ^^
    Bisous ~

  • Visiteur

    04/04/2017

    J'ai bien aimé ton histoire et je me doutais pas du tout qu'il y auraiy une fin commz ça.. Par contre je trouve dommage que tu n'ais pas expliqué ce qu'était un Gardien. En quoi consiste la mission ? Pourquoi Natsu est une misdion difficile ? Éclaire ma lanterne s'il te plaît.. ^^

  • OneLucyManga

    14/03/2017

    Kataki-Neko-Chan wrote: "Et bien oui ! *^*
    Oui, mais bon ! Faut pas oublier que c'était un drable !
    Clair xD
    Non ! Si tu te tues dessus, on aura pas la suite ! T-T -un imbécile ee-
    "

    Zuper *^*
    Ben c'était super vu que je voulais pas suite ! *^* J'étais super contente !
    Je ne veux pas le tuer, je l'aime ! ♡ Qu'il vive ~

  • Kataki-Neko-Chan

    14/03/2017

    Et bien oui ! *^*
    Oui, mais bon ! Faut pas oublier que c'était un drable !
    Clair xD
    Non ! Si tu te tues dessus, on aura pas la suite ! T-T -un imbécile ee-

  • OneLucyManga

    14/03/2017

    Kataki-Neko-Chan wrote: "Oui, tu mets les deux ! *^*
    Mais en même temps j'avais de l'inspiration (même si j'ai mis du temps à l'écrire xD) et puis j'étais d'humeur à écrire *^*
    xD Oui, le problème de la longueur... x)
    Pas grave, je suis sûre que ce sera super bien ! *µ* -C'est Natsu ee-
    "

    Voila la solution ee
    Ben tu l'as fait dans la soirée hein, c'est court ! Il me faut pleins de temps pour avoir une idée -la bâtir et tout, genre j'ai l'idée en cours, puis j'y réfléchis pour qu'elle soit logique et tout !-
    Mais si c'était une fiction ce serait facile xD
    J'espère ! Je me tus dessus TwT -un idiot ee-

  • Kataki-Neko-Chan

    14/03/2017

    Oui, tu mets les deux ! *^*
    Mais en même temps j'avais de l'inspiration (même si j'ai mis du temps à l'écrire xD) et puis j'étais d'humeur à écrire *^*
    xD Oui, le problème de la longueur... x)
    Pas grave, je suis sûre que ce sera super bien ! *µ* -C'est Natsu ee-

  • OneLucyManga

    14/03/2017

    Kataki-Neko-Chan wrote: "De rien *^*
    Ah non ! Tu le gardes ! C'est ton tout premier os, il faut absolument que tu le gardes !
    Oh un article rien que pour moi xD *o*
    Ah bon ? La première ? O.O (j'suis la première ! *toute contente xD*) Oui mais bon, en général on se méfie quand même de le personne... ee
    Je sens que tu vas super bien le représenter ! *^*
    Do rien !
    "

    Ouki, je le garde ! Mais je proposerai une réécriture pour comparer xD
    Oui, tu as bien fais la deuxième partie du drabble pour moi ~ *0*
    Oui la première xD Je sais mais comme c'est un Three-shot je devais faire court et tout sinon je pense que j'aurai plus développé tu vois ~ :')
    Merci ! J'espère aussi mais ça risque à nouveau d'aller vite pour la rencontre et tout ! -Natsu est crédule ee-

  • Kataki-Neko-Chan

    14/03/2017

    De rien *^*
    Ah non ! Tu le gardes ! C'est ton tout premier os, il faut absolument que tu le gardes !
    Oh un article rien que pour moi xD *o*
    Ah bon ? La première ? O.O (j'suis la première ! *toute contente xD*) Oui mais bon, en général on se méfie quand même de le personne... ee
    Je sens que tu vas super bien le représenter ! *^*
    Do rien !

Report abuse