The next Day → Partie 1, Le signe

Suite de "You will never have Me"

Partie 1
Le signe

Natsu

Elle bouge sur moi en gémissant.
Je grogne pour lui faire plaisir.
Je ne ressens rien. Du vide. Dans ma tête, dans mon ventre, dans mon c½ur. Du vide empli mon corps.
Elle touche un point sensible et je grogne un peu plus fort. Elle ne le remarque pas, et accélère sans essayer de me faire ressentir quoique ce soit. Je soupire, et elle me regarde avec désir.
Je ne lui rends qu'un regard vide.
Elle semble offusquée, mais ne se préoccupe pas plus de ça et continue ses mouvements de bassin.
Elle ne l'égale pas. Personne ne lui parvient à la cheville. Personne.
C'était la meilleure.
Personne ne pourra la remplacer, l'égaler, lui arriver à l'épaule. Elle les écrase tous. Sans exception.
J'en ai plus qu'assez de ce cinéma, et me redresse d'un coup. La fille semble surprise, confuse, mais je n'y fais pas attention et la retourne brusquement, de sorte que je prenne le dessus.
Je la regarde avec rage, et elle me jette un regard de braise.
Ça me mets hors de moi.
Je commence de puissants et rapides coups de bassins, et je la voit tourner au rouge en criant mon prénom.
Je ne m'arrête pas. Je continue, de plus en plus fort, de plus en plus vite.
Elle ne sait plus quoi faire.
Elle, elle savait. Elle savait toujours ce que je pensais, ressentais. Mais elle n'est plus là.
Je ferme les yeux, en sueur.
Je donne un coup de rein rageur, et le préservatif montre son utilité. J'ouvre les yeux et je la trouve en sueur, rouge jusqu'aux oreilles. Elle n'est pas belle.
Elle, elle était adorable, merveilleuse, comme ça.
Je me dégage de la fille, et sors du lit en vitesse, tout en retirant le morceau de latex. Je le jette à la poubelle, dos à la fille abandonnée brusquement sur mon lit.
Elle se redresse, et je sens son regard sur ma nuque. Je passe une main dans mes cheveux, et j'ouvre la porte, fermement.
 
- Vas t'en, je dis, la voix rauque.

- Mais...
 
Je me tourne vers elle, elle est à genoux sur le lit.
 
- Vas t'en, je répète durement.

- Natsu, se plaint-elle.

- Dégage ! Je cris en lui lançant un regard assassin.

Elle prend peur, et enfile précipitamment ses habits avant de me passer devant et de déguerpir aussi vite qu'une fusée.
Je passe une main dans mes cheveux en grinçant des dents.
Reprends toi, tu te fous en l'air.
Reprends toi.
Reprends toi.
Reprends toi !
Reprends toi...
Pour elle, reprends toi.

~***~

Heath

Je longe le couloir sombre à l'odeur de moisi. Mon nez se fronce naturellement, un tic que je n'aime pas. Je sais qu'elle ne le fait pas, il ne peut venir que de lui.
Je regarde droit devant moi, passant devant les cellules, toutes plus sombres les unes que les autres. Enfin, j'arrive au bout, devant une grille rouillé.
Elle est là, je la vois.
Mon poing droit se serre. Mes veines deviennent visibles, et je regarde fixement la forme humaine assise dans l'obscurité.
Elle relève la tête à l'entente de mes pas.
Ses cheveux blonds, sont maintenant crasseux, et raides.
Ses yeux, auparavant vides, s'illumine quand elle me reconnaît.
Je m'accroupis devant la cellule, et la regarde, méprisant.
Elle esquisse un faible sourire, chaleureux comme le soleil en été.
Je détourne le regard.
 
- Tu lui ressembles un peu plus chaque jour, murmure-t-telle.

Je me crispe et serre les dents.
 
- Tais-toi, je menace.

Comme toujours, elle ne décèle pas la menace qui pèse, et change de sujet. Elle sait que je n'aime pas parler de lui.
 
- Que me vaut l'honneur de ta visite...Heath ?
 
Je soupire en la regardant à nouveau.
 
- Je voulais voir comment tu allais, j'avoue.

Elle me sourit gentiment.
 
- Hadès va être fâché.
 
- Il n'en saura rien. Lévy me couvre.
 
Elle hoche la tête sans me quitter des yeux.
 
- Tu es tellement gentil, Heath...Tellement gentil, chuchota-t-elle.

Je lui envoie un sourire assuré qu'elle me rend. Je ne pourrais jamais l'avouer, mais je l'aime énormément.
 
- Heath, je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose, mon chéri. Va rejoindre Lévy, reprit-elle.

- Non, je refuse, je suis venu pour être un peu avec toi, alors ne me renvoie pas, s'il-te-plaît, je glisse.

Elle me regarde un instant, avant de regarder par la lucarne de sa cellule où la lumière de la lune filtre à travers la vitre crasse.
 
- J'aimerai tellement que tu sortes d'ici, je grince.

- Heath, chéri, c'est comme ça, et ça l'a toujours été. Je suis condamnée. Je n'ai pas respecté les règles, dit-elle de sa voix douce, sans qu'aucune déception ne perse sa voix.

- Non, non, non ! Je m'indigne. Tout ça à cause de lui ! Je m'écris, rageur en me redressant.

- Heath, souffle-t-elle sans élever la voix.

Elle ne m'a jamais grondé, même quand je criai et cassai des choses.
En temps normal, cet avertissement camouflé aurait suffi à me calmer, mais pas aujourd'hui. Pas maintenant.
 
- Tu ne regrettes pas de ne pas pouvoir vivre avec moi ? De ne pas partager tes journées avec moi ? Je rétorque, avec agressivité.

Au fond de mon c½ur, j'ai mal. Je sais que ça la blesse, mais je m'en fiche. Je veux qu'elle souffre autant que moi je souffre, à cause de lui. Je veux lui faire comprendre qu'il s'est moqué d'elle, qu'elle ne lui doit rien, et sûrement pas son amour.
 
- Heath, intervint-elle avec une voix autoritaire, comment peux-tu dire ça ?
 
Elle me regarde avec mécontentement, et je baisse les yeux contre mon gré. Je lui dois toujours le respect, j'ai grandi avec cette règle et elle est incrustée dans mes gênes les plus profonds.
 
- Si tu crois ça, tu es dans l'erreur. Je regrette chaque jour que je ne passe pas avec toi.
 
Elle marque une pause, mais je ne l'interromps pas.
 
- Mais, je ne regrette pas d'avoir rencontré ton père. Je ne le regrette pas et je ne le regretterai probablement jamais.
 
Je relève la tête et fronce le nez.
 
- Pourquoi ? Pourquoi ? Il a foutu ta vie en l'air ! Il l'a détruite !
 
- Écoute, Heath, il n'a rien fait d'autre que de me rendre l'existence plus heureuse qu'elle l'était quand j'étais en bas.
 
- Mais tu dois lui en vouloir ! Tu ne peux pas rester comme ça, à croire que tout va bien ! Il a pourri ton restant d'existence ! Pourquoi tu ne regrettes pas ? Et ne dis pas que c'est parce que tu l'aimes ! Je m'exclame.

- Je ne lui en veux pas, et je ne regrette pas. Parce que, elle marmonne, parce que je l'aime, puis elle reprend d'une voix claire, parce que sans lui, tu ne serais pas là. Et ça, je ne pourrais jamais le regretter, affirme-t-elle en me regardant dans le blanc des yeux.

Je déglutis, pris de remords.
 
- Alors, dis-toi bien ça, Heath. Je regrette de ne pas passer mon temps avec toi. Mais je ne regrette pas ce qui m'est arrivé, si c'est pour t'avoir à mes côtés.
 
J'acquiesce, ma colère retombée d'un coup. Je m'approche d'elle, et elle pose sa main sur ma joue, à travers la grille.
Elle est froide, contrairement à moi, qui suit toujours brûlant.
 
- Tu es aussi chaleureux que lui, déclare-t-elle avec amour.

Je ne peux retenir mes larmes plus longtemps, et elle glisse lentement sur mes joues, tandis que je hoquette. Elle essuie mes larmes avec tendresse.
 
- Ne pleure pas, Heath, mon chéri, me console-t-elle avec une délicatesse que je ne connais qu'à elle.

- Je...Je suis désolé...Maman, je bredouille misérablement.

Elle me caresse la joue et dépose un baiser sur mon front, délicatement.
 
- Ça fait longtemps que tu ne m'as pas appelé comme ça, murmure-t-elle.

Pris de remords, je serre les dents et mes larmes redoublent, pendant que mon corps est secoué de sanglots.

~***~

Natsu

Je la tiens dans mes mains. L'écriture est à peine lisible, tellement que mes mains tremblent.
Pour la millième fois, je relis cette lettre.
Je connais chaque mot par c½ur, chaque boucle sur le bout des doigts.
Je connais chaque tremblement de sa main, qui écrivait.
Je connais chaque virgule, chaque point.
Mais je ne peux m'empêcher de la relire, encore et encore.
Je sais que je me fais mal.
Mais ne pas me sentir proche d'elle me fait souffrir plus encore.
Je replis le papier et le glisse sous mon oreiller, avant de tomber à la renverse sur celui-ci.
Je soupire en fermant les yeux.
Elle ne m'a pas dit pourquoi elle est partie. Ni où.
Je n'ai que cette lettre.
Cette maudite lettre où elle me dit qu'elle m'aime et de poursuivre ma vie sans elle.
Elle est drôle. Elle avait quoi en tête, en me faisant tomber amoureux d'elle ?
Elle aurait pu me dire qu'elle me quitterait du jour au lendemain. Elle aurait pu me dire que j'allai souffrir si je me mettait à l'aimer.
Mais elle s'est tue.
Elle m'a laissé l'aimer, et souffrir.
Elle est égoïste. Elle me fait souffrir. Je l'aime à en crever.
À en crever.
« Ne te laisse pas aller. Vis pour moi, Natsu. Vis, je le souhaite plus que toute ma vie. Vis. »
Je déteste me souvenir de la lettre dans ces moments.
J'ouvre les yeux, et je vois le soleil.
Vivre.
Je vais vivre pour toi, Luce.
Mais je t'en supplie, fais moi signe.
Montre que tu es toujours en vie.
Je ne veux pas vivre si tu n'es plus de ce monde.
Je t'en prie.
Je supporte de moins en moins ton silence.
Je le comble avec des filles, mais ça ne change pas.
S'il-te-plaît.
Sauve moi.
Aide moi.

~***~

Heath

J'ai prit ma décision.
Je n'ai rien dit à Maman, et Hadès n'en sait rien.
Ça va lui faire un choc. Mais je m'en fiche.
Je vais le retrouver. Je vais lui raconter à quel point il a détruit ma vie, et la sienne.
Lévy doit me couvrir. Je l'attends dans ma chambre tapissée de bleu pâle, avec de grandes fenêtres qui donnent vue sur d'innombrables nuages blancs.
Les meubles en bois bruns vernis sont disposés contre les murs, loin de mon lit.
Mon lit en baldaquin, avec ces rideaux blanc cassé, et cette table de cheveux en bois foncé, me donnent la nausée.
Je suis resté trop longtemps ici pour les supporter.
Je veux m'enfuir.
Et je le ferais.
On toque doucement à la porte, et je la rejoins précipitamment et l'ouvre impatiemment.
 
- Lévy, tu en as mit du temps !
 
- Tais-toi, si on nous surprend, je ne donne pas cher de notre peau, me grince-t-elle.

- T'es d'une humeur massacrante, je plaisante.

Elle m'envoie son coude dans les cotes pour me faire taire, et je grommelle.
Elle m'ignore et regarde dans le couloir, regardant si la voie est libre. Puis elle me fait signe de la suivre, et sort de ma chambre.
Je la suis, pressé, et nous commençons à longer le couloir, descendons des escaliers, tournons à gauche, puis nous arrivons devant une porte blanche.
Lévy la pousse sans hésitation, et me tire précipitamment au bout de la salle, anxieuse.
J'observe la salle de Retour. Ce que j'en ai entendu parler !
Des lits s'alignent, séparés par des rideaux blanc cassé tirés entre eux. Une machine avec des tuyaux transparents partent de la machine et rejoignent les corps des Gardiens allongés dans les lits.
 
- Presse toi un peu ! Gronde Lévy.

J'accélère le pas, et on arrive au bout de la salle, contre le mur.
Lévy me fait asseoir sur le lit vide, et examine mon visage, mes yeux et ma bouche.
 
- Je n'ai jamais essayé de renvoyer un Rebel chez les Mortels. Il se peut que tu sois malade, ou que tu souffres en arrivant, voir qu'il te manque un membre, prévint-elle.

- Il se peut que tout soit normal, je déclare.

- Heath, je t'ai déjà dit que cela représente seulement 10 % ! Ne t'y accroche pas.
 
- Ça reste 10 %, j'insiste.

- Bon, fais comme tu veux, cède-t-elle.

Elle attrape une aiguille dans une pochette stérilisée et l'ouvre avec professionnalisme. Je lui tends mon avant-bras, déterminé.
Elle me regarde dans le blanc des yeux, essayant de percer ma détermination, mais je ne veux pas autre chose que d'être renvoyé chez les Mortels.
Elle soupire en enfonçant l'aiguille dans mon bras. Je serre les dents, mais la douleur est vite passée.
Elle se munit d'un tube transparent, et le relit à mon bras. Le produit translucide pénètre dans mon sang, et je sens ma bouche se remplir d'un goût acide, très peu agréable. J'ai toujours préféré l'épicé.
 
- Bon, jusque là, c'est normal, j'entends Lévy marmonner.

Elle s'éloigne de moi pour tirer le rideau et m'allonge doucement dans le lit.
Je sens mes force me quitter, mes paupières se fermer doucement. Impossible de lutter.
« Alerte. Individu non enregistré branché. Alerte. Individu inconnu connecté. Alerte, alerte. »
Merde, je suis repéré. Je grince des dents et plisse les paupières.
Je ne peux pas bouger, je suis fait.
Une douleur fulgurante me troue le bras quand ma vision s'éteint.
Je ne vois plus rien. Que du noir. Du noir, partout. Je ne bouge pas, je respire, je ne vois pas, je ressens.
Je suis perdu. Je n'entends que le silence, et s'en est presque assourdissant.
Que c'est-il passé ?
Je suis un Rebel, Lévy m'avait prévenu.
Alors c'est ça ? Je n'ai pas atteints le monde des Mortels ?
Un sol dur et froid contre ma joue me prouve pourtant le contraire. Je tente de me redresser à l'aide de mes mains, mais je ne peux pas bouger. Je suis attaché ?
Il ne me semble pas.
J'ai peur. Je veux ouvrir les yeux. Je veux savoir ce qu'il m'arrive. Je veux savoir où je suis.
J'entends des murmures au dessus de ma tête.
Bordel, que se passe-t-il ?

~***~

Natsu

Je marche dans ma rue, vide, mes pieds avancent l'un devant l'autre automatiquement. Je suis en pilotage automatique. Je ne sais ni où je vais, ni quand je vais m'arrêter, mais je sais que je marche toujours plus loin.
J'ai prié dans le vide.
Je suis en colère, ou vide, je ne sais pas.
Peut-être les deux.
Peut-être est-ce autre chose.
Tu m'as abandonné. Tu m'as laissé tomber.
Mais malgré ma souffrance, je n'arrive pas à te détester. Je t'aime inconditionnellement.
J'ai peur de ce que je ressens pour toi. Est-ce humain d'aimer comme ça ?
J'ai peur, aide moi. Je suis tellement perdu, sans toi.
Tellement perdu...
Je t'aime, aide moi, s'il-te-plaît...Aide moi.
Aide moi, je t'en supplie.
Je vais sombrer.

- Mmm, j'entends.

Je secoue la tête, et cherche mes repères.
 
- Mmm.
 
Je baisse les yeux, et je découvre un jeune garçon allongé au sol, sur le ventre. Je m'accroupis devant lui.
 
- Hey ? Je murmure.

Il gémis, et j'approche ma main de sa tête, mais je ne peux le toucher. Quelque chose m'en empêche.
Je regarde son visage.
Ses sourcils froncés, son nez plissé, sa bouche serrée, tout me la rappelle. Étrange...
 
- Hey, ça va ? Je marmonne, perturbé.

- Mmm, il gémit.

Je dépose mon regard sur ses cheveux. Ils me rappellent mes cheveux. Je regarde son corps, rien d'anormal. Il a une fine cicatrice sur la joue, et son ossature est forte. Sa peau est mat, et je dois avouer qu'il est beau. Il doit avoir une quinzaine d'années.
J'ai l'impression de le connaître, mais c'est impossible. Je m'en souviendrai. Pourtant...
Je reviens sur son visage, et je croise son regard.
Mon c½ur chavire. Ces yeux...
Ce sont les siens. Chocolats, chaleureux, doux. Mon c½ur se serre. Qui est ce garçon ? Pourquoi me perturbe-t-il autant ? D'où vient-il ? Quel est son nom ? J'ai besoin de savoir. J'en ai besoin.

- Hey, ça va ? Je répète.

Il se redresse lentement, et m'observe. Ses yeux s'attardent sur mes cheveux, puis descendent sur mon visage.
 
- Oui, répond-il après un long moment.

Sa voix est rauque, et son sourcil droit est barré d'une légère cicatrice.
 
- Comment...Comment tu t'appelles ? J'interroge.

Ma bouche est sèche, et mes yeux me piquent.
 
- H...Heath, révèle-t-il.

Je cherche dans ses yeux la sincérité, mais je me noie dedans. Ils me les rappellent tellement...
 
- Et toi ? Ajoute-t-il.

- Natsu, je souris doucement. Quel âge as-tu ?
 
- Quinze. J'ai quinze ans, assure-t-il.

- Et tu n'as pas une mère ? Un père ?
 
- Ma mère n'est plus là, lâche-t-il avec une lueur de colère dans les yeux. Et j'ai pas de père, crache-t-il.

- Pas de père ? Mais c'est-
 
- J'te demande pas ton avis, coupe-t-il en se relevant.

Je me redresse et le regarde. Je le dépasse d'une tête, et pourtant, il a seulement quinze ans.
 
- Bon, d'accord, j'acquiesce, mais tu n'as pas un endroit où dormir ?
 
- Bien sûr que si, réplique-t-il sèchement en tournant les talons.

Je le vois s'éloigner, et je sens mon corps se déchirer. J'ai envie de le retenir, de lui dire de me regarder. De voir ses yeux. Si semblables aux tiens.
Mais mon corps refuse de bouger, et je reste bêtement planté au milieu de la rue, à regarder un point invisible.
La pluie s'est mise à tomber, et je m'en fiche.
Une voiture klaxonne, et je m'en fiche.
Je m'en fiche, parce que j'ai eu mon signe.
 
~***~
 
Three-shot répertorié ici, n'hésite pas à laisser un avis !
 

 
Partie 2 |╬| Partie 3

Tags : The next Day - NaLu - OS NaLu

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (23.22.240.119) if someone makes a complaint.

Comments :

  • OneLucyManga

    06/02/2017

    fic-Fairy-Tail-13 wrote: "Bonne chance pour ton écriture ! Cette histoire mériterait une fiction entière ! Réfléchis-y !"

    Merci ! ^^ Oui je voulais en faire juste un three-shot, mais il est en deux three-shot maintenant xD

  • fic-Fairy-Tail-13

    06/02/2017

    Bonne chance pour ton écriture ! Cette histoire mériterait une fiction entière ! Réfléchis-y !

  • OneLucyManga

    06/02/2017

    fic-Fairy-Tail-13 wrote: "A quand une suite ? J'ai vraiment hâte ?"

    Hum...Merci ;) Je ne sais pas, je dois finir la deuxième partie. Hors, je galère dessus xD

  • fic-Fairy-Tail-13

    06/02/2017

    A quand une suite ? J'ai vraiment hâte ?

  • OneLucyManga

    15/01/2017

    fic-Fairy-Tail-13 wrote: "De rien je vais continuer de me promener sur ton blog j'adore ta façon d'écrire ! "

    Ne te gêne pas ! Mais il fermera pendant quelques temps je vais le reconstruire, mais je l'ouvrirais les week-ends je pense ;) Merci beaucoup !

  • fic-Fairy-Tail-13

    15/01/2017

    De rien je vais continuer de me promener sur ton blog j'adore ta façon d'écrire !

  • OneLucyManga

    15/01/2017

    fic-Fairy-Tail-13 wrote: "C'est tellement captivant ! Je pourrais être prévenue pour la suite ?"

    Pas de soucis ;) merci beaucoup pour tes petits avis tous charmants ! *^*

  • fic-Fairy-Tail-13

    15/01/2017

    C'est tellement captivant ! Je pourrais être prévenue pour la suite ?

  • OneLucyManga

    27/12/2016

    Aneko-chan-fairy wrote: "C'est un bon point alors x)"

    Oui, je suis absolument d'accord !! ^^

  • Aneko-chan-fairy

    27/12/2016

    C'est un bon point alors x)

Report abuse