Blue day isn't Pink

Blue Day isn't Pink

|| Défi des six mots : Travail || Entreprise || Illusion || Manque || Bague || Âme brisée ||

Love doesn't make the world go round.
Love is what makes the ride worthwhile. ♥
L'amour ne fait pas tourner la terre,
mais c'est grâce à lui qu'elle vaut la peine de tourner.
 
Blue day isn't Pink
 
Encore une journée fade et morne vient de s'écouler.
Une journée de plus dans ma misérable vie, depuis qu'il est parti.
La sangle de mon sac à main me scie l'épaule, il est bien trop lourd. Mais je ferme les yeux et respire lentement, essayant de vider ma tête.
Je les rouvre, et je relève la tête sur les portes en verre du bâtiment.
Un pied devant l'autre, je m'avance, et pousse les battants.
Un vent froid m'accueille, un vent de février. Un vent sans importance.
Je remet correctement mon écharpe autour de mon cou et des mes épaules, remontant le col fin de ma veste en cuir. Je tire sur les pans pour protéger mon corps de la morsure du froid.
Je renifle et avance, la tête dans la brume, l'esprit vide.
Demain, ça va faire un an.
Demain, ça va faire un an que je l'ai vu pour la dernière fois.
Un an qu'il m'a quitté.
Je sais que mes proches sont inquiets, de me voir perdre ma joie de vivre à l'approche fatidique de cette date.
Cette foutue date où il a perdu la vie.
J'inquiète le patron de l'entreprise.
Il ne sait pas ce qu'il m'arrive.
Je ne souris plus et je n'ai plus goût à ce travail que j'adore pourtant.
J'ai eu le métier que je voulais, il m'a aidé à me battre pour, et maintenant que je l'ai, et qu'il n'est plus là, j'ai l'impression d'avoir travaillé pour rien.
Je soupire à nouveau, longeant le trottoir, où les voitures défilent le plus naturellement du monde.
J'aimerai que tout s'arrête.
Arrêtez vous, un homme est mort il y a un an de cela.
Un homme est mort et vous vous en fichez.
Un homme merveilleux a perdu la vie.
Alors arrêtez vos activités et ressentez ma douleur. La douleur qui s'empare de mon ventre, qui me tord les tripes, je veux que vous la sentiez. La boule qui grandie dans ma gorge, mes larmes qui s'emparent de mes yeux, et mon esprit rempli de remords, puis mes pensées qui me font mal, quand je me remémore les moments vécus à ses côtés. Puis que je le revois mourir devant moi.
Pensez y, et souffrez. Veuillez en au Monde entier, comme moi en se moment.
Essayez de ressentir à quel point mon âme est brisée d'avoir perdu l'homme pour qui mon c½ur battait.
||♦||
 
Allongée sur les flancs, je fixe un point invisible.
La nuit m'a tuée. Je suis crevée, mes paupières tombent sur mes yeux vitreux.
Je n'ai pas dormi de la nuit.
Mes membres sont lourds, et j'ai une envie de dormir et il m'est impossible de penser à autre chose que la couverture chaude sur moi, l'oreiller moelleux sous ma tête, et le calme qui m'enveloppe.
Tout serait propice à ce que je dorme tranquillement.
Mais je sais que si je ferme les yeux une minute, je m'endormirais aussitôt, et que je serais victime de toutes ces illusions qui me brisent de l'intérieur.
J'entends la musique classique de mon voisin à travers les murs.
La symphonie numéro 40. de Mozart bat dans mes oreilles.
S'il vous plaît arrêtez de me torturer.
Arrêtez de jouer avec mes démons.
Cette musique...Douce au début, puis forte au milieu, pour redevenir douce...
Quelle harmonie parfaite avec ce souvenir douloureux.
 
Je suis tellement excitée. C'est notre première saint Valentin, et c'est la première fois que je la fête.
Je la fête avec l'homme que j'aime.
- Lucy !
Je me retourne, tout sourire. Le voilà enfin. Les muscles de mon visage se détendent doucement, apaisée de le voir.
- Je suis là !
- J'ai vu, idiot, je soupire.
Il est en face de moi, de l'autre côté de la route.
La route est verglacée, et des flocons de neige volent entre nous.
Il fait un pas, en souriant comme un enfant.
La lumière jaunes de lampadaires éclairent mal et pas loin. Un cercle jaune est à leurs pieds, puis c'est le noir.
- Lucy, bouge pas, je te rejoins ! Lance-t-il en traversant sans regarder.
Il est au milieu de la route, et s'élance vers moi, un sourire collé sur le visage.
J'assiste à la scène au ralentis.
Des phares se dessinent dans l'ombre, puis des pneus qui crissent, et la voiture dérape sur la route verglacée.
- Attention ! Natsu !
Il tourne la tête vers le véhicule, et son sourire se déforme en une expression d'horreur.
- Natsu !
Je me précipite sur la route, mais la voiture le percute, et il va valser plusieurs mètres plus loin.
Le conducteur serre le frein à main, puis ouvre la portière, complètement effaré. Une jeune femme est au côté passager, et ses deux mains sont plaquées sur sa bouche, pour cacher son cri d'effroi.
Mes pieds dérapent sur le verglas, et je tombe au sol, mais je ne fais pas attention à la douleur qui me foudroie les genoux, parce que celle du c½ur est plus grande.
- Natsu, oh non, Natsu, je pleure.
Je me traîne à ses côtés, et prend délicatement sa tête dans mes bras.
Ses yeux sont fermés, et il saigne du front, un de ses bras forme un angle bizarre, et plusieurs côtes ont l'air cassée.
- Natsu, réponds moi, Natsu, je supplie.
Je lui caresse le visage, les mains tremblantes, et mes larmes s'écrasent lourdement sur ses joues inertes.
Je lui caresse les cheveux, plein de neige sale, et de sang.
- Natsu, je murmure, ouvre les yeux. Tu ne peux pas me laisser comme ça.
Il ne cille pas, et aucun cil ne bouge.
Je sens une boule énorme dans ma gorge, et mon ventre se noue douloureusement, tandis que mes genoux me lancent horriblement.
- Natsu, je dis avant que ma voix ne se brise complètement.
Je le serre contre moi, collant ma joue contre la sienne, déjà froide de part la neige et du vent glacial qui souffle.
Je pleure, puis relève la tête vers le ciel, où les étoiles brillent.
Mes larmes dévalent mes joues comme un torrent brûlant.
À cet instant, j'en veux au monde entier. J'en veux à la Terre.
Je ne peux me retenir plus longtemps, et laisse la douleur prendre le dessus.
Je me mets à crier à la mort, et à l'amour.
Ma gorge est en feu, elle me supplie d'arrêter de crier, mais je continue.
Je continue jusqu'à ne plus avoir de voix, jusqu'à ce que ma tête explose, jusqu'à ce que j'oublie tout.
 
J'ouvre les yeux, en sueur, les couvertures défaites, mes cheveux collé au visage.
Ma gorge me fait horriblement mal, et j'ai du mal à respirer.
Ma tête semble sur le point d'exploser, et j'entends le sang battre derrière mes tempes.
Je porte ma main à ma cou, me le massant du bout des doigts, ce qui m'arrache une grimace.
- J'ai...Mal, je chuchote.
Ma voix est rocailleuse, et c'est comme si je venais d'avaler de l'eau bouillante.
Je touche mes joues brûlantes, mais aussi humide. Mes yeux piquent.
J'ai pleuré. J'ai hurlé. J'ai rêvé sa mort.
La bague autour de mon annulaire semble être un morceau de glace.
J'abaisse mes mains, et baisse les yeux sur le petit anneau de métal doré, qui reflète le peu de lumière de la pièce.
Je la touche, la tourne autour de mon doigt, dans un geste apaisant.
Le bout de mes doigts suivent la fine gravure, et je ferme les yeux en continuant de toucher le métal qui devient moite et tiède sous mes gestes.
C'est Lui qui me l'a offerte.
Il me l'a donnée quand il a planifié notre saint Valentin.
En guise de promesse. Pour me montrer qu'on allait passer une soirée inoubliable.
Il l'a tenue, sa promesse.
Je n'oublierais jamais ce maudit 14 février.
Je continue de tourner la bague autour de mon annulaire gauche.
J'ai tenu à la mettre ici, parce que je lui appartiens et que je ne l'oublierais jamais.
Il me manque tellement.
Si seulement il savait à quel point je suis en manque de sa voix, de ses baisers, de son amour, de ses yeux, de ses mains, de ses bras, de son corps, de son c½ur, de ses cheveux.
Je suis en manque de toi, Natsu.
 
La perte d'un amant ne va point sans soupirs.
On fait beaucoup de bruit, et puis on se console.
.
Blue day isn't Pink

Tags : amour - saint valentin - natsuXLucy - manque - bague - âme brisée - entreprise - travail - illusion

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.158.195) if someone makes a complaint.

Comments :

Report abuse