Chapitre 7 : Enquête

Chapitre 7 : Enquête

Chapitre 7
« Enquête »
 
Après avoir déniché une place libre à une table dans le café du coin, je sors un stylo ainsi que mon agenda. Je le feuillette jusqu'à tomber sur les pages dédiées aux notes.
En capitales, j'écris « ENQUÊTE », puis, en dessous en tant que sous-titre « sur ma Vie ».
Après quoi, je coince le capuchon du stylo entre mes dents, pensive.
Je réfléchis à ce que je peux mettre en premier point.
Finalement, je mets « Papa », « Natsu » et, après une longue hésitation, j'ajoute « Grey ? ».
Je repasse le point d'interrogation, pour bien comprendre que je ne suis sûre de rien le concernant.
Puis finalement, je le raye. C'est mon meilleur ami, il m'aurait parlé de quelque chose...Non ?
Énervée de mon manque de décision, je passe finalement à ce sur quoi je devrais m'intéresser.
Je décide de placer plusieurs choses assez espacées, pour compléter ultérieurement avec les réponses.
À la fin, ma liste ressemble à ça :
«
ENQUÊTE
sur ma Vie
 
Papa ; Natsu ; Grey ? ;
 
Le métier dont parlais le dirlo :
[espaces]
Grabstein :
[espaces]
Les quartiers ?
[espaces] »
 
Voilà pour l'instant où j'en suis. Pathétique, hein. À croire que je ne comprends pas ma propre vie.
C'est sans doute le cas, d'ailleurs.
Je ronchonne seule, sirotant mon café d'un air absent. Les yeux posés sur mon agenda ouvert, je cherche un moyen de me renseigner discrètement sur ces choses là.
Si je joue franc-jeu depuis le départ, je me fais renvoyer directement en n'obtenant aucune réponse.
J'ai déjà essayé.
Je me masse le front, désespérée.
Je devrais demander de l'aide à Grey. Seulement, s'il est impliqué...
Je secoue la tête et lui envoie un texto.
 
À : APoto de mon c½ur
Sujet : Tu me retrouves au café « Nana's » quand tu sors ? Je sèche le prochain cours. Et là, j'ai besoin de toi.
 
Je dépose mon portable sur ma cuisse après avoir regardé l'heure, puis observe les clients.
Grey devrait sortir dans quelques minutes, mais avant, je reçois sa réponse.
 
De : APoto de mon c½ur
Sujet : J'espère que c'est grave pour que tu me déranges en mythologie...J'arrive. Qu'est ce qui se passe ?
À : APoto de mon c½ur
Sujet : Bah, ironie du sort, ouais, plutôt. Merci.
 
De : APoto de mon c½ur
Sujet : Merde, c'est vraiment grave ? Qu'est ce que t'as encore foutu ?
 
À : APoto de mon c½ur
Sujet : Je plaisantais >,> Je t'expliquerais en tête à tête.
 
Après quoi, je dépose mon téléphone et commande un cacao.
J'aurais bien aimé recommander un café, mais étant donné que j'en ai déjà pris un, je me limite.
 
Plongée dans mes pensées et les yeux dans le vide, je sursaute quand Grey me rejoint. Il me pique ma tasse de café encore tiède -j'ai cédé à la tentation de l'odeur-, et boit la moitié de ma boisson sans pression.
Je lui fais les gros yeux, alors il lève les siens au ciel.
- J'ai le droit, tu me forces à sécher, explique-t-il en déposant ma tasse sur la petite assiette.
- Je ne te force à rien du tout, c'est toi qui a accepté.
- Parce que j'ai cru que t'avais fait une connerie, à me dire que c'était grave.
- C'est ça l'image qui tu as de moi ? Je pleurniche, faussement vexée.
Cependant, sa remarque est totalement justifiée. À mes treize ans, j'avais déjà fait plusieurs allés/retours au poste de police pour délit mineur, comme par exemple entrer dans une propriété privée pour s'amuser.
Étrangement, il suffisait que mon père débarque pour que je rentre chez moi sans problèmes, comme si je n'avais jamais rien fait.
Peut-être faudrait-il que j'ajoute cela à ma liste.
À bien y réfléchir, plusieurs choses de ce genre sont arrivées tout au long de ma vie.
Je soupire bruyamment. Voilà quelque chose qui ne va pas arranger mes recherches.
Je remarque la main de Grey qui s'agite devant mes yeux.
- Allôôôôô...Lucy, tu me reçois ?
- Hein ? Oui, pardon. Qu'est-ce que tu as dit ?
- Je te demandais pourquoi tu m'as fait venir, souffle-t-il, visiblement perturbé par mon attitude distraite.
Je baisse les yeux sur ma cuillère, le temps de rassembler mes idées.
- C'est bizarre, ce que je vais te raconter, je le préviens.
Il hausse les épaules.
- Si tu savais le nombre de choses bizarres que tu me racontes...
- Oui, bon, je grommelle. C'est sérieux, cette fois.
Il arque les sourcils, attentif.
- Je sais pas comment expliquer.
Je me penche vers lui, et chuchote, sur le ton de la confidence :
- Je pense qu'il y a un truc louche avec mon père.
Je me garde bien de parler de Natsu pour éviter qu'il me croit paranoïaque.
Je m'assure que personne ne m'a entendu, et croise le regard vert de la touffe rose. Je manque défaillir sur place.
Pourvu qu'il ne se doute de rien...
Celui-ci se contente de me regarder avec un air interrogateur. Je détourne rapidement mon attention de lui pour me tourner vers le ténébreux à mes côtés.
- Sérieusement, Lu', c'est maintenant que tu t'en aperçois ?
Il esquisse un petit sourire en coin, qui a le don de me vexer.
- Bah...Je me suis doutée d'un truc après l'annonce de Grabstein...
Toujours très proches l'un de l'autre, nous continuons de parler à voix basse.
- C'est peut-être parce qu'il est très riche, propose simplement mon ami.
- Mais pourquoi m'avoir changée de cursus d'un coup ? Ce n'est certainement pas à cause de la punition, il s'en contrefout.
- Peut-être qu'il la connaît et qu'il ne veut pas la voir à la rencontre parents/profs.
- Il n'y va jamais de toute façon.
- Alors c'est l'une de ses anciennes maîtresses ?
- Beurk, ça m'étonnerait. Elle doit avoir une trentaine d'années contre 49 pour mon père.
- C'est pas impossible.
- Je le connais un minimum, Grey. Ils doivent se connaître d'autre part.
Il me dévisage comme si je lui démontrais l'existence d'un complot Illuminati.
- Elle m'a détesté dès qu'elle m'a vue, j'insiste.
- Elle déteste tout le monde.
- Du premier coup ? Elle ne me connaît pas plus que moi.
- Tu es arrivée en retard, et elle déteste ça.
- Ce n'est pas une raison, je marmonne, déçue qu'il ne me suive pas dans ma théorie.
- Tu te fais sûrement des idées, Lulu.
Il me presse gentiment l'épaule, et me sourit.
- Je n'ai pas l'impression. Si tu étais à ma place, tu te douterais qu'il se trame quelque chose.
Il secoue la tête en soupirant.
- Écoute. Tu sais que tu peux compter sur moi, hein ?
J'acquiesce. C'est en partie pour cela que je lui ai parlé de mes hypothèses.
- Si jamais tu veux continuer à chercher un truc pour expliquer le problème que ton père a avec la mythologie, je t'aiderais.
- Il n'y a pas seulement la mythologie, je murmure pour moi-même, de façon inaudible.
Je n'ai jamais parlé à quiconque ce ce qu'il s'était passé lors de mon enfance.
- Merci.
Je dépose ma tête contre son épaule, alors qu'il me frotte tendrement le bras pour me réconforter.
 
.
 .
Chapitre 7 : Enquête

Tags : Vous êtes tous des profiteurs - Chapitre 7

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.116.187) if someone makes a complaint.

Comments :

Report abuse