12 tagged articles Vous êtes tous des profiteurs

~ Welcome Home ! ~ 08/04/2017

Nxtsu, anciennement OneLucyManga

Je suis blog source "Fairy Tail" de puis le 15/09/2017 grâce à ma Sushi
Je suis blog source "Fanfic" et "Fic" depuis le 17/092017.
.
.
~ Welcome Home ! ~

~ Welcome Home ! ~

Il est impossible de dire "Hmmmm" plus de sept secondes le nez bouché.
 
Huh, vous avez essayé ? Moi aussi, et ça me gave ee
 
Breffouille ~
 
~ Welcome Home ! ~
 L'image n'a absolument rien à voir, mais je la trouvais trop touchante et belle *w*
 
~ Welcome Home ! ~
ƁƦƐ∱.
Personne touche à mes Cacas adorés.
Personne.
 
Sushi-sama  Sweety-chan  Poutounours  Punaise  Kaka-chan
Sadi-san  Kiddo Nounouille Kiko Bébé Concombre Licorne 
.
.
~ Welcome Home ! ~
.
~ Welcome Home ! ~

~ Welcome Home ! ~


ASЦ
is mine.
~ Welcome Home ! ~
~ Welcome Home ! ~
(regardez moi ce sex-appeal *w*)
~ Welcome Home ! ~
.
βℓσɠş ǝи ρℓųş

RAC0NTEM0I, un répertoire tenu avec elle 
PandasSushisDeFairyTail, un blog commune tenu avec elle
HELPYU, un blog d'aide à tous types de gens pour tous types de problèmes, tenu avec elle
xKingen, mon sous-blog pour rendre les chiffres
MemoriesMaster, un blog pour une fiction sortie de mon imagination
Chiffre, mon sous-blog pour rendre les chiffres
PerfectBoys, mon blog jeu tenu avec elle 
Zao
.
~ Welcome Home ! ~
~ Welcome Home ! ~
Le vol est interdit chez moi, voici donc quelques petites choses à savoir ~

Rogue appartient à mon Sushi ~
Sting appartient à ma Sweety ~
Acno appartient à ma Kiko ~
Luxus appartient à ma Maman ~
Natsu appartient à...Moi ~

Bishous ~
.
~ Welcome Home ! ~
~ Welcome Home ! ~
~ Welcome Home ! ~
 
Les gens qui perdent beaucoup leurs cheveux ont tendance à être plus intelligents.
 
FUCK JE SUIS LA NOUVELLE EINSTEIN !!!
 
~ Welcome Home ! ~
Habillage : GUYZM0
Bannières : Shiro-Fuyu et GUYZM0
.
~ Welcome Home ! ~
~ Welcome Home ! ~
~ Welcome Home ! ~
.
Vous pouvez me soutenir en ajoutant cette bannière sur votre blog !
.
(Bannière faite par cette adorable demoiselle)

Tags : Welcome - Vous pourrez plus ressortir d'ici indemne - Caca aux commandes

Découvrir la fiche → Vous êtes tous...Des profiteurs. 24/04/2017

Découvrir la fiche → Vous êtes tous...Des profiteurs.

 
♦♛♦
 
Natsu x Lucy ; Grey x Lucy
 
Vous êtes tous...Des profiteurs.
School fic, amitié, amour, family, trahison & jalousie
 
Jamais je n'aurai cru qu'on puisse me trahir comme cela. Que ce monde est pourri jusqu'aux bouts des os. Jusque dans la moelle. Ce putain de monde.
Apprendre à dix-sept que ma vie est fondée sur un mensonge, que celui que je pensais connaître me trahirait et surtout, que je sois enrôlée dans une affaire que je ne soupçonnais même pas.
Quelle monde de merde.
 
Rating MA ~ En Cours
 
♦♛♦

Les chapitres
Chapitre 11
 
 
 ♦♛♦
 
Les prévenus

 
♦♛♦
 
Autres
 
 
Je n'accepte que les blogueurs aillant lu deux autres de mes écrits et
aillant laissé une trace de leur passage ! ((kiffs) + com's)
 
♦♛♦

Les répertoires

R.E.P.E.R.T.O.I.R.E.S

♦♛♦
 
Note de l'auteure

Cette fiction est une simple réécriture, malgré le fait que j'ai changé beaucoup de choses.
L'histoire est modifiée, et je trouvais mon écriture trop enfantine.
Les disputes trop "gamines" et les descriptions pas assez riches, pour enfin couronner le tout par une révélation qui ne semble pas être importante qu'elle l'est.
Je recommence donc cette fiction du début.
J'espère que cette seconde version vous plaira !
.
Découvrir la fiche → Vous êtes tous...Des profiteurs.

Tags : Découverte de la fiction - Vous êtes tous des profiteurs - réécriture - Toi seul pourra réparer ce qu'IL m'a fait

Prologue "Tout commence maintenant". 24/04/2017

Prologue "Tout commence maintenant".

Prologue
« Tout commence maintenant. »
 
Je suis une petite fille. Je dois avoir cinq ans. Derrière la porte fermée à clef de ma chambre, je regarde par la serrure. Je vois son ombre charger un objet que je reconnais être un revolver.
Il crache des ordres dans un talkie-walkie, puis sort de son bureau. Son ombre s'approche de ma chambre, et, même si mon instinct me cri de reculer, je garde mon ½il vissé à la scène.
Il passe devant moi sans y prêter attention, puis disparaît. Seul le bruit de ses talons martelant le sol est encore audible.
Avant qu'ils ne s'estompent. Je cours à ma fenêtre et regarde entre mes rideaux tirés.
Plusieurs gardes de la demeure suivent ce que je dirais être mon père, qui poursuit une silhouette qui s'enfuit. J'entends les cris étouffés par la vitre, et soudain, une déflagration part.
Je sursaute, mais le pire reste à venir.
Un hurlement déchirant retentit, que le verre n'arrive pas à étouffer.
Ce qui me paralyse sur place, c'est la voix. C'était la sienne.
 
 
.
Prologue "Tout commence maintenant".

Tags : prologue - Vous êtes tous des profiteurs

Chapitre 1 "Nouveau lycée, peut-on appeler ça un nouveau départ ?" 25/04/2017

Chapitre 1 "Nouveau lycée, peut-on appeler ça un nouveau départ ?"

Chapitre 1
« Nouveau lycée, peut-on appeler ça un nouveau départ ? »
 
- Hu, hu...
Encore cet horrible cauchemar...Il me hante, encore et toujours. Jamais il ne pourra réparer ce qu'IL lui a fait...Ce qu'IL m'a fait.
- Hime, il est l'heure de vous lever, me dit doucement Virgo. C'est votre premier jour à votre nouveau lycée. Il ne faudrait pas que vous arriviez en retard. Vous allez bien ? Demanda-t-elle en voyant que je transpirais.
- Je...Oui...Ça va, mentis-je, merci Virgo, soufflais-je.
- Cela me rassure, Hime. J'ai préparé votre bain, finit-elle avant de s'incliner en avant. Je vous laisse, je vais préparer votre petit déjeuner, dit-elle avant de s'éclipser doucement de ma chambre.
- Merci Virgo, je répète.
Je m'étire, puis fouille dans ma penderie. Mes doigts glissent sur les tissus de soie et de coton, tous dans la même teinte. Noire, blanc, gris. C'est maussade, mais ça me plaît.
Je tire un t-shirt noir, qui porte l'inscription « Don't touch me. I'm bad. » en grosses lettres blanches et en relief, certaines avec un effet ''coulé''. Un short gris, déchiré aux poches rejoint le haut, et des baskets bleu marine se retrouvent au sol, avec une paire de chaussettes blanches.
Je jette mes habits sur un tabouret dans la salle de bain, puis retire mon pyjama léger et me glisse dans l'eau.
Je frémis de bien-être. Comme c'est agréable, cette chaleur qui m'enveloppe...
Quand Virgo vient toquer à ma porte, je me rince et m'entoure d'une serviette.
- Hime, votre père vous demande.
- J'arrive tout de suite.
Elle s'éloigne, et je me sèche avant de me munir d'une culotte et d'un soutien gorge. Tout deux noirs, avec un « make with love » inscrit sur les fesses en rose pour la culotte, et un « not for » « you » sur les bonnets, de la même couleur que l'inscription du bas.
Je les mets, avant d'enfiler mon short puis mon t-shirt. Je serre la ceinture, et remet mes poches en place avant de glisser mon portable dans celle de derrière.
Ensuite, je me sèche les cheveux maladroitement, et me les brosse sans qu'ils ne soient tout à fait secs. Je les ramène en un chignon décoiffés sur mon crâne, que je fixe avec un élastique noir.
Une touche de mascara, et je sors enfiler mes chaussettes suivies de mes baskets.
Je dégringole les escaliers, et va m'installer à table, où aussitôt, plusieurs serveurs apportent des tartines grillées au Nutella, ainsi qu'un cacao.
Je les remercie, et lorgne sur mon père installé au bout de la table, en grignotant une première tartine.
- C'est ton premier jour d'école à Fairy Hills. Cet établissement est réputé pour son taux de réussite. Tu te mettras au travail et ainsi, tu assureras la relève de mon empire.
Je lève imperceptiblement les yeux au ciel. Quel prétentieux ! J'acquiesce cependant en buvant une gorgée du chocolat chaud.
- Bien, père.
Il lève les yeux sur moi. Son regard me transperce.
- Aucun relâchement de ta part, et aucun appel du lycée, est-ce clair ?
- Oui, père, je répète.
Je bois entièrement ma tasse, puis finit rapidement mon petit-déjeuner.
- Puis-je me lever de table ?
Il acquiesce avec un hochement de tête, puis boit une gorgée de son café.
Je prends un sac hermétique et fourre un croissant ainsi qu'une chocolatine, puis une pomme dedans et déguerpis dans ma chambre.
Je pose le plastique dans mon sac, puis vais me laver les dents avant d'enfiler mon sac à dot Eastpak noir, strié de rouge foncé, imitation d'un pelage de tigre.
Je dévale à nouveau les escaliers, puis fais demi-tour pour aller chercher ma montre digitale noire.
Si je ne me dépêchais pas, j'allai vraiment être en retard.
Mais bon, je ne devais pas perdre mes mauvaises habitudes...
 
 
.
Chapitre 1 "Nouveau lycée, peut-on appeler ça un nouveau départ ?"

Tags : chapitre 1 - Vous êtes tous des profiteurs

Chapitre 2 "Grey & Lui" 26/04/2017

Chapitre 2 "Grey & Lui"

Chapitre 2
« Grey & lui »
 
J'enfonce mes écouteurs dans les oreilles, où Marilyn Manson se met à hurler. Je souris, suivant les paroles, et si j'étais seule autour de moi, je me serais mise à chanter. Fort. Ces paroles obscènes et grossières, je les aurais criées jusqu'à m'en déchirer les poumons.
Je tourne à l'angle de la rue, puis me faufile entre les maisons.
Quand enfin, le lycée est en vue, je tire sur les lanières de mon sac et me mets vaillamment en marche.
Jusqu'à ce que quelqu'un me saute dessus, et que je sursaute, pivotant sur moi-même, prête à cogner.
- Lucette ! Tu m'as manqué ! Crie mon meilleur ami, Grey.
- Tu m'as fait peur, idiot ! Je lui dis en lui tapant dans l'épaule, en souriant. Tu m'as manqué aussi, Grey.
On se fait rapidement la bise, puis on échange un long câlin. Ce garçon est le seul vrai ami que j'ai pu avoir depuis le collège.
- Alors, presque en retard pour ton premier jour ?
- Les habitudes ne se perdent pas. Même si mon père va me dissoudre sur place, je ne suis pas l'élève modèle toujours à l'heure. Et j'suis sûre que tu resteras un peu avec moi, pour griller un peu de temps.
Il sourit en me prenant contre lui, un bras autour de mes épaules.
- Tu m'connais trop bien. Bon, si on entrait ?
- Je te suis, c'est toi l'ancien, je raille gentiment, me remettant en marche.
Il me traîne jusqu'au portail, puis me force à entrer. Il m'emmène ensuite vers le tableau des terminales, où ils affichent les élèves qui seront ensemble.
- J'suis où ? Demande Grey, qui n'avait pas réussi à se faufiler devant, contrairement à moi.
- Euh...Attends, je cherche.
Mes yeux descendirent dans la colonne des F.
- Fulbuster, Fulbuster...Ah ! Terminale cinq !
- Cinq ? Tch, j'aurai dû avoir la quatre, bougonne le brun.
- Pourquoi ?
- J'aurai fait la seconde et la première en quatre.
- C'est con, je ris en cherchant mon nom.
- Ah, là, indique mon ami en posant son doigt sur le nombre de ma classe.
- Vire ton gros doigt, je grogne.
Il joue l'offusqué, mais se penche par dessus mon épaule pour regarder aussi.
- Yay ! T'es dans ma classe, Lulu ! Dans mes bras !
Il m'attire contre lui et me serre, et je suis obligée de lui pincer la hanche pour me libérer.
- Doucement, calme, sage, je ricane en lui tapotant la tête. Maîtresse Lucy est dans la même classe que toutou Grey, pas besoin de se pisser dessus de joie, je le taquine.
- Sale petite peste, grogne-t-il en me faisant un croche-pied.
Je trébuche, et me rattrape à lui, et m'apprête à lui crier dessus, quand quelqu'un me bouscule.
-Tch, bouge tes fesses, la grosse, grogne cette personne.
Je pivote, et m'approche de ce garçon, qui doit faire une tête de plus que moi. Avec d'étranges cheveux roses dressés sur la tête, une peau matte et un regard vert hypnotisant.
- Excuse moi ? Je dis avec mépris. J'ai pas bien compris. Tu viens de t'adresser à moi ?
- Putain, mais elle est sourde, en plus. Pour une fois qu'une fille plutôt bonne arrive, réplique-t-il en louchant sur ma poitrine.
Je bouillonne.
- Tu veux mon poing dans la face ?
Un rictus méprisant s'étire sur ses lèvres foncées.
- Pardon ? Sérieusement, tu crois que tu réussirais, avec tes bras tous maigres ?
Je lance mon poing, et il le bloque à quelques centimètres de mon nez. Mon genou fuse aussitôt, et il s'écarte avant de baisser mon poing, puis de m'attraper les joues. Je grogne, puis me dégage avant d'envoyer ma paume contre sa joue. Le bruit est sec, et il grogne légèrement avant de me faire une balayette, ce qui me fait rencontrer durement le sol. Je gémis.
- Sale-
- Tous les deux ! Chez le directeur ! Intervient un surveillant, qui empoigne mon adversaire par le bras, avant de me relever et de faire de même.
Il nous traîne jusque dans le couloir, où je me dégage.
- Je peux marcher seule, je grince, mauvaise.
Il lâche aussi le garçon, et me dévisage avec mépris.
- Ne fais pas la maline, ça va mal finir.
- Vous me faites pas peur, je crache, en me retenant de lui frapper.
- Elle est violente, ricane le garçon.
- Ta gueule ou je vais t'envoyer valser à travers le mur. Ton cerveau, s'il existe, va se retrouver explosé contre ta boîte crânienne.
Il me tire la langue en me faisant un beau doigt.
- Je vais te le casser, si tu recommences, je menace.
- Et moi, je vais te l'enfoncer dans le cul avant que tu puisses faire quoi que ce soit, réplique-t-il au moment où l'homme qui nous a séparé nous arrête devant une porte.
Il toque. Un « entrez » blasé se fait entendre.
Le surveillant baisse la poignée et nous pousse dans le bureau.
Le directeur était un homme d'âge mûr, aux cheveux bruns tirant sur le roux. Une barbe de trois jours était visible sur sa mâchoire et son menton.
Ses yeux noirs et caverneux croisèrent les miens puis se posèrent sur l'homme qui nous avait emmené. Il s'éclaircit la gorge.
- M. le directeur, commence-t-il, ces deux élèves se battaient. Je vous les ai amené au plus vite avant que ça ne dégénère et qu'ils ne se blessent.
- Hmm... Merci, Alexandre.
Le dénommé Alexandre sourit à l'homme assit derrière son bureau puis tourne les talons.
- Ouais, merci, Alexandre, répète le garçon avec un sourire narquois et un ton moqueur non-dissimulés.
- Dragneel, grogne M. Clive, comme l'indiquait la plaquette dorée posée sur son bureau, à côté de son ordinateur portable.
Dragneel se tourne vers l'homme, qui a déjà reporté son attention sur moi.
- Mademoiselle Heartfilia, dès la rentrée. Dans mon bureau. Bravo, vous battez les records. C'est du propre, fit-il en me toisant avec ses yeux noirs.
- Merci, je réponds avec dédain.
Cela suffit à Clive pour se lever et s'approcher de moi sombrement. Je ne recule pas et campe sur mes pieds, l'air décidé.
- Vous deux, crache le directeur en regardant le garçon qui se tient à mes côtés, puis moi, vous êtes des petits merdeux qui me font chier tout au long de l'année. Des petits cons dont l'avenir est tout tracé. Mais sachez que ce « métier » a besoin de connaissances. Alors arrêtez de vous comporter comme des gamins et bougez vous le culs à suivre les cours.
Je fronce les sourcils. De quel métier parle-t-il ?
Mon regard converge vers Dragneel et je le vois sourire. Il semble avoir compris de quoi il parlait. Je soupire.
- C'est bon, vous avez finit ? Fait-il.
Clive hoche la tête et désigne la porte du menton, en se rasseyant.
Dragneel s'engage vers la porte, moi sur ses talons, mais il s'écarte.
- Après toi, Heartfilia, dit-il, une lueur dans le regard.
Il pense visiblement à quelque chose, et ça ne sent pas forcément bon pour moi. Je réfléchis rapidement puis réplique :
- Si c'est pour me mater le cul, c'est mort.
- Rien de tout cela. Je suis quelqu'un de respectable.
- À d'autres, je grogne en le poussant de l'épaule.
Il ne relève pas et s'engage dans le couloir à ma suite. Je le surveille du coin de l'½il.
- T'es en terminale combien ?
- Ça te regarde pas, je grince.
- Tu traînes avec Fulbuster, lâche-t-il.
- Et alors ?
- Je l'aime pas, répond-il franchement.
- Tu viens de me donner une raison de plus pour rester avec lui, je souris malicieusement.
- T'es une vraie peste, Heartfilia.
- Je peux en dire autant de toi.
- T'as pas ta langue dans ta poche. Ça me plaît.
Je distingue quelque chose de pervers dans sa phrase mais n'y prête pas attention.
- Et toi, t'as pas peur que je t'en mette une.
- Tu n'oserais défigurer mon beau visage, réplique-t-il.
- On pari ? Je le défis en lui tendant ma main.
- Je te préviens, je déteste perdre. Aussi, je m'arrange pour toujours gagner, dit-il en la serrant.
- Tu es trop confiant. Je parie pas quelque chose d'impossible.
- Ça doit être dans le sang, Heartfilia, dit il avec un sourire en coin.
- C'est censé dire quoi, ça ? J'interroge, méfiante.
- Ce que ça veut dire. Je ne suis pas assez philosophique pour dire des phrases avec un sens caché derrière, ricane Dragneel.
Je roule des yeux, agacée.
- En fait, reprend-il, je me trompais. T'es pas si grosse que ça.
Surprise par ce volte-face, je le détaille de la tête aux pieds.
- Hmm...Que dois-je en déduire ?
- Contente toi simplement d'apprécier mon compliment. J'en fais pas souvent.
- Dans ce cas, merci, je dis prudemment. Par contre, ce que j'ai dit, moi, c'était vrai. Tu es con.
- Je sais. Tu n'es pas la première à me le dire.
Je reste muette. Ce garçon est vraiment étrange.
- Tu as perdu ta langue ? Ricane Dragneel. Dommage, j'aurais bien aimé y goûter.
 
 
.
Chapitre 2 "Grey & Lui"

Tags : Chapitre 2 - Vous êtes tous des profiteurs

Chapitre 3 : "Lui, un ami ?" 23/05/2017

Chapitre 3 : "Lui, un ami ?"

Chapitre 3
« Lui, un ami ? »
 
- Je rêve ou tu viens de me dire que tu voudrais m'embrasser ?
- Tu ne rêves pas. Je l'ai quand même mieux formulé.
- On s'en fout, de la formule, je réplique en m'approchant de lui, un air mauvais sur le visage.
- Je paris que tu n'as pas le courage de le faire.
Un éclair passe dans mes yeux.
J'adorais relever des défis. J'adorais qu'on me mette à l'épreuve, et j'aimais encore plus quand je lisais la déception d'avoir perdu sur le visage de mon adversaire.
C'était quelque chose que je tenais de mon père ; il n'y avait pas l'ombre d'un doute.
- Tu ne le feras pas, chantonne-t-il, parce que tu n'as jamais embrassé personne. T'as pas les couilles de l'faire.
- Tu vas perdre.
Je me redresse sur la pointe des pieds et saisis ses joues, avant de planter un baiser sur ses lèvres. J'attends quelques secondes puis m'écarte, triomphante.
- T'as perdu. Je gagne quoi ?
- Ce n'était pas un vrai baiser.
- Tu n'as jamais précisé tes exigences.
Il réfléchit un instant, puis sourit.
- Effectivement. J'ai perdu, avoua-t-il. Tu gagnes le droit de connaître mon prénom.
- C'est nul.
Je pensais pouvoir lui donner un gage, ou quelque chose dans le genre.
- C'est ça ou rien. Alors ?
- Envoies.
- J'm'appelle Natsu.
- Waouh, comme 50 % des garçon nés en 1999.
- Tch, j'suis sûr t'as pas mieux à proposer. Tu dois t'appeler Camille ou Emma, grogne-t-il.
- Faux et refaux. J'm'appelle Lucy. Maintenant que je t'ai donné mon nom, ton prix ne vaut plus rien.
- Tu as accepté puis donné ton prénom de manière tout à fait consentante.
Je grogne en le regardant.
- T'es en terminale combien ?
- Cinq.
- Oh, comme moi. Soyons amis.
Même s'il me sortait par les yeux, un ami reste un ami. Et puis je devrais bien rigoler avec lui.
Mais ma proposition me perturbe.
Pourquoi vouloir être amie avec un type comme lui ?
Je n'en avais pas la moindre idée.
- Si je ne veux pas être ami avec toi ? Demande-t-il en plongeant ses yeux dans les miens.
- Alors nous ne serons pas amis.
Je soutins son regard. Il essayait de lire quelque chose dans mes yeux.
Il fait un léger sourire qui s'estompe quand il pose sa question suivante.
- Et si j'ai envie d'être plus qu'un ami ?
- Alors nous ne serons rien du tout, ai-je répliqué de but en blanc.
- Ok, alors soyons amis, a-t-il abdiqué.
Je souris, puis lui tire la langue. Il lève les yeux au ciel, et ouvre la porte de la classe.
- Tu passes en première pour la première vague d'engueulades.
- Pff, peureux, je me moque.
- Non. Je tiens juste à ma vie, se défend-il.
Effectivement, la professeur ne semblait pas du tout être contente de nos retards.
Elle se mit à nous engueuler sur le besoin de suivre les cours en Terminale, de l'importance d'être à l'heure avant, enfin, de nous demander pourquoi nous avions une demi-heure de retard.
Je lance un regard en coin à mon nouvel ami, qui sourit en passant une main dans ses cheveux.
- Hmm...Disons que le directeur tenait absolument à me voir dès la rentrée.
- Le directeur ne peut même plus te voir en photo, grogne la jeune professeure, lasse.
- Il voulait connaître la personne contre qui je me suis battu ? Retente-t-il avec un air innocent.
Elle secoue la tête en soupirant.
- Et toi ?
- Il vient de vous le dire, j'indique avec un signe de tête vers le garçon à mes côtés. Le directeur voulait sûrement me demander de le castrer avant de l'envoyer à l'hôpital.
Plusieurs élèves se mirent à chuchoter, avant que la femme tonne un « Silence !! ».
À ma grande surprise, ils s'exécutèrent. Natsu se pencha près de mon oreille.
- Tu comprends pourquoi je t'ai demandé de passer en première ? Cette femme est un vrai monstre, murmure-t-il, son souffle chaud se propageant le long de mon cou, ce qui me fit frissonner. C'est pas pour rien qu'elle dirige les Grabstein...
- Grabstein ? Je repris en fronçant les sourcils, me tournant imperceptiblement vers lui.
Il me semblait avoir déjà entendu mon père parler d'eux. D'un ton malsain.
- Enfin, soupire ladite femme, je me présente à nouveau. Carrie Grabstein. Professeur de mythologie grecque et latine.
J'acquiesce doucement, les yeux rivés sur elle.
Ses cheveux prune foncé tombaient souplement sur ses épaules. Elle avait un beau visage.
De fines lèvres rouge foncées, des yeux noirs et des dents blanches. Son corps était ce qu'il y a des plus banals. Bien formé, elle devait attirer beaucoup de regards masculins.
Mais son regard était terrifiant. À glacer le sang des tueurs les plus redoutables.
Mais ce qui m'inquiétait le plus, c'est qu'il était posé sur moi.
 
 
.
Chapitre 3 : "Lui, un ami ?"

Tags : Chapitre 3 - Vous êtes tous des profiteurs